Blocages et manifestations contre la relance des activités « toxiques »

militants pont du gard

Des militants d'Attac France sur le pont du Gard, le 17 juin 2020 © AFP Pascal GUYOT

Rennes (AFP) – Usines de pesticides, cimenteries, Amazon… Des centaines de militants écologistes ont organisé des blocages un peu partout en France mercredi contre la « réintoxication du monde », un mois après le début du déconfinement.

À Saint-Barthélémy-d’Anjou, près d’Angers, une quarantaine de militants écologistes et de « gilets jaunes » ont bloqué la cimenterie Lafarge dès 06H30, selon la police, qui a décrit une manifestation « sans difficultés ».

« L’industrie de la construction est la plus polluante après celle de l’énergie ! C’est pourquoi plusieurs collectifs participent à la journée contre la #réintoxication du monde afin d’alerter la population sur la catastrophe écologique que représente le domaine du BTP », a écrit sur Twitter l’organisation Youth for Climate Angers.

À Toulouse, c’est aussi une usine Lafarge qui a été bloquée dès 05H00 par une vingtaine de militants de l’ANV-Cop21 qui se sont enchaînés au portail, empêchant les employés d’accéder au site, selon les organisateurs. « Coulons les cimenteurs » ou « laisse béton », pouvait-on lire sur de grandes banderoles.

« C’est un appel à ne pas revenir au monde d’avant », explique Mélanie, 28 ans, l’une des participantes à l’action.

À Marseille, une trentaine de militants du mouvement Extinction Rebellion et quelques « gilets jaunes » ont empêché un camion rempli de soufre d’entrer dans l’usine Cerexagri, qui fabrique des pesticides et autres produits agrochimiques, filiale du groupe indien UPL, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« C’est l’exemple d’une usine déconnectée du terrain, qui sous prétexte de devoir remplir des objectifs financiers, continue son activité sans aucune contrainte environnementale internationale »,  dénonce Cyprien. Le jeune homme pointe aussi « la relégation » de cette usine dans un quartier pauvre de la ville sur un site Seveso, non loin d’une école.

A Paris, 40 militants ont déposé un colis géant devant le ministère de l’Économie « pour dénoncer les impacts nocifs d’Amazon (emploi, social, climat, évasion fiscale …) », a annoncé Attac sur Twitter.

Le géant américain du commerce en ligne a également été la cible d’une quinzaine de militants d’Attac, qui ont déployé sur le Pont du Gard deux banderoles en lettres rouges et vertes sur fond blanc « Non à Amazon », « Ni ici, ni ailleurs », ont constaté des journalistes de l’AFP. Les banderoles ont été déployées sous les applaudissements de simples visiteurs et touristes.

Ces militants protestent contre le projet d’implantation d’un centre de tri Amazon de 38.000 m2 à Fournès, près du joyau du patrimoine mondial. Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France, a dénoncé la « mauvaise qualité des emplois » créés par Amazon, les emplois détruits par ailleurs, « l’évasion fiscale », la « surconsommation poussée à l’extrême » et « l’artificialisation des terres » engendrés par le développement du géant américain.

À Saint-Étienne, une quinzaine de militants d’Extinction Rébellion a bloqué de 07H00 à 11H00 l’accès à une concession automobile, « symbole de la pollution pour le plaisir » à leurs yeux, en s’enchaînant au portail. La police est intervenue avec des pinces coupantes pour les déloger.

Près de Rouen, 80 personnes se sont rassemblées pour la défense de la forêt du Rouvray, menacée par plusieurs projets d’urbanisation, selon la police.

« Aller simple pour le crash climatique », proclamait une banderole tendue à l’entrée de l’aéroport de Nantes par une trentaine de militants dénonçant les vols vers Paris « alors que les TGV font le trajet en 2 heures » avec « 40 fois moins de gaz à effet de serre », selon les organisateurs.

Un peu plus loin sur la Loire, à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), une centaine de manifestants ont installé barnum et banderoles, sous une pluie torrentielle, devant l’usine d’engrais chimiques du groupe norvégien Yara, qui a reçu le « prix Pinocchio 2020 » du greenwashing, a constaté un photographe de l’AFP.

D’autres actions étaient organisées dans toute la France contre la relance de « la machine infernale » de l’économie, notamment à Montreuil, Gonesse, Besançon ou Annecy.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Hervé Goube

    J’admire tant ces David qui défendent à mains nues la vie sur Terre contra les Goliath liquidateurs de Planète. N’étant armés que de leur leur juste colère, ils mettent leurs corps en jeu pour nous sauver tous. La police les interdit d’amour à la pince coupante.

    • Gérard Chiron

    L’Homme pourra-t-il changer de paradigme ? Ponctuellement peut-être ! Globalement j’ai bien peur qu’il n’en ait pas l’Intelligence. Le Monde est devenu fou et nos dirigeants n’y pourront rien s’ils n’ont pas le courage de s’allier au peuple contre les forces démesurées de ceux qui détiennent le pouvoir de l’argent. Sans partage de ces richesses mais aussi après, sans respect de la vie, de la Nature, pas de salut pour notre espèce aveuglée par son orgueil et ses prétentions d’être une entité supérieure à la masse du vivant !

    • Michel CERF

    Je crains que toutes ces actions soient vouées à l’échec , la grande majorité des humains ne vont pas renoncer à consommer toujours d’avantage , ni de changer leur mode de vie , les citoyens comme les politiques sont prisonniers d’un système qui ne jure que par la croissance .

Chronique littéraire : Et le désert disparaitra, un roman sur la vie dans un monde post-apocalyptique et une fable écologique

Lire l'article

Indonésie : alerte aérienne après une nouvelle éruption du Sinabung

Lire l'article