L’accès à l’eau à l’épreuve du changement climatique

refugiés

Camps de réfugiés somaliens de Dadaab: le camp de Hagadera, Kenya (0° 0’ S - 40°22’ E). © Yann Arthus-Bertrand

Moins accessibles, en quantité moindre et de qualité détériorée, les ressources hydriques se dégradent, avertissent les Nations unies dans un nouveau rapport publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau.

Le Rapport Mondial sur la Mise en Valeur des Ressources en Eau estime que 2,2 milliards de personnes ne disposent pas d’un accès régulier à l’eau potable tandis que 4,2 milliards – plus de la moitié de la population mondiale, sont privées de systèmes d’assainissement sûrs.

Le document de l’ONU met l’accent sur le changement climatique, et l’augmentation des événements extrêmes qu’il provoque, tempêtes, inondations, sécheresses, qui aggravent et détériorent l’accès à l’eau.

Une telle dégradation de la situation risque d’entraver la réussite de l’Objectif de Développement Durable 6 (ODD6) de l’ONU à l’horizon 2030. Cet ODD vise à garantir l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous d’ici dix ans dans le cadre d’un vaste programme de lutte contre la pauvreté.

Dans son message à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré que « chacun a un rôle à jouer » et a appelé toutes les parties prenantes à intensifier l’action en faveur du climat et à investir dans des mesures d’adaptation solides pour assurer la durabilité de l’eau.

« L’eau est le principal moyen par lequel nous percevons les effets du dérèglement climatique, des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les sécheresses et les inondations, jusqu’à la fonte des glaciers, l’intrusion d’eau salée et l’élévation du niveau de la mer », a-t-il déclaré.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • DAOUD

    dérèglement climatique

    • QAOUD

    Bonjour ! l’alerte, encore une fois, de l’ONU semble adressée aux sourds
    si la communauté ne s’attaque pas avec les cornes de taureaux, les perspectives annoncées ont toutes les chances de se réaliser. Bravo Bravo A+

    • Balendard

    Une modification de nos chaînes énergétiques allant dans le sens de la « Solar Water Economy » telle qu’elle est décrite sur internet par les lutins thermique serait une opportunité de régénérer par filtration nos rivières ainsi que leur nappe libre. Ceci sans affecter les nappes captives profondes comme cela est le cas aux USA avec l’exploitation du pétrole par fracturation hydraulique du schiste

Tempête Barbara : un mort, moins de 10.000 foyers toujours privés d'électricité

Lire l'article

Carola Rackete, du sauvetage des migrants à la défense de la forêt

Lire l'article