Le Brésil critique Macron sur les incendies… en Australie

macron bolsonaro

Photo montage du président français Emmanuel Macron le 30 juin 2019, et de son homologue brésilien Jair Bolsonaro le 16 janvier 2019 © AFP JOHN THYS , EVARISTO SA

Le président brésilien Jair Bolsonaro et son chef de gouvernement ont fustigé jeudi « le silence » du président français Emmanuel Macron sur les incendies meurtriers qui ravagent le sud-est de l’Australie.

Onyx Lorenzoni, chef de la Maison civile et à ce titre équivalent de chef du gouvernement, a publié jeudi soir une rafale de tweets dénonçant le « silence », idéologique selon lui, d’un président Macron dont les critiques lors des incendies en Amazonie en août et septembre derniers avaient été très mal reçues à Brasilia.

Ces incendies, largement dus à la déforestation galopante, ont provoqué une brouille diplomatique entre le Brésil et la France qui n’a toujours pas été soldée.

M. Bolsonaro avait accusé la France notamment de « colonialisme » et n’avait eu de cesse d’affirmer la souveraineté du Brésil sur l’Amazonie après que M. Macron eut critiqué le manque de réactivité du Brésil face à la destruction de régions entières de la plus grande forêt tropicale de la planète.

« Le monde regrette les incendies et les morts en Australie. Ici au Brésil on a du mal à comprendre le silence de @EmmanuelMacron. Des réactions différentes quand il s’agit du Brésil… Vraie préoccupation avec l’environnement ou idéologie socialiste…? », a tweeté en soirée M. Lorenzoni, en français, après une série de messages en portugais.

Dans un autre tweet, il affirme: « Macron a attaqué le Brésil avec des fausses nouvelles car ici le Président Bolsonaro ne se soumet pas aux idées socialistes ».

Mercredi, il avait déjà dénoncé le « silence assourdissant de Macron et de l’+Europe verte+ » sur les incendies en Australie.

Dans son direct sur Facebook jeudi soir, le président Bolsonaro a emboîté le pas de M. Lorenzoni et fait mine de s’interroger: « Macron a dit quelque chose jusqu’ici? Il a parlé de remettre en question la souveraineté de l’Australie? ».

Au passage, le président climatosceptique demande également si la jeune militante suédoise Greta Thunberg, qu’il a récemment qualifiée de « gamine », « a dit quelque chose elle aussi ».

Jair Bolsonaro a proposé de l’aide à l’Australie pour combattre les incendies qui ont fait au moins huit morts, mais sans fournir de précisions.

Face à la vie émotion dans le monde, le Brésil avait tenté en août de minimiser l’ampleur des incendies en Amazonie et le président Bolsonaro avait accusé des ONG d’avoir provoqué des départs de feu.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Robberecht

    Ne serait-il pas utile d’expliquer en quoi ces incendies sont différents plutôt que de ne laisser la parole qu’à Bolsonaro ?
    Faites œuvre de journalisme et pas seulement de perroquet !

  • On attend pas des paroles mais des actes !
    C’est un Pauvre mec ce bolsonaro, dans tous les sens du terme, l’australie ne veut pas d’aide. De plus, il faut savoir qu’il y a des incendies provoqués, d’ailleurs comme au Brésil, et contre des actes criminels, il est très difficile de lutter, à moins d’avoir des indicateurs…
    BOLSONARO n’oublie pas qu’il est un criminel lui même et nous espèrons qu’il sera jugé devant un tribunal mondial !!! LE DIABLE EST SUR TERRE ?

  • Lorsque l’on est président « DU POUMON DE LA PLANETE » et que l’on se fout totalement du règlement des climats tropicaux en déforestant la majeure partie de l’Amazonie ? Je ne pense pas que cet homme puisse donner quelque forme de leçon à qui que ce soit.
    L’Amazonie régule les pluies sub-tropicales. Et, par là pourraient aider les australiens par des pluies salvatrices. Mais ? Non seulement, il n’en a pas conscience, mais en plus il aggrave le sort des faunes, flores et populations qui se voient décimées par « sa » déforestation dans son pays.
    Ce genre d’individu est à proscrire de toute manette gouvernementale.

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article