500 institutions pesant 3200 milliards d’euros d’actifs désinvestissent des énergies fossiles

energies fossiles

Mine de charbon à ciel ouvert près de Delmas, République d’Afrique du Sud (26°10’ S – 28°44’ E) © Yann Arthus-bertrand

Un des moyens les plus efficaces de lutter contre le changement climatique est de réduire la dépendance aux énergies fossiles. Le pétrole et le charbon sont responsables de 80 % des émissions de CO2. Donc, en raison de leur nocivité connue pour le climat, des gouvernements, des investisseurs et des entreprises ont décidé de ne plus soutenir les projets de centrale thermique ou l’exploitation charbonnière ou pétrolière. En 2008, la première campagne de désinvestissement est lancée aux États-Unis. Depuis elle a inspiré de nombreux autres mouvements. En 2015, ce sont plus de 500 institutions, pesant 3 200 milliards d’euros d’actifs, qui ont choisi de se désinvestir des énergies fossiles. Certains organismes d’aide publique au développement ont rejoint le mouvement. En 2015, l’OCDE estimait qu’il existait au moins 800 programmes de subventions aux énergies fossiles (aides directes, fiscalité avantageuse…) évalués à 200 milliards de dollars.

Ecrire un commentaire

La banquise de mer tarde à se reconstituer en Arctique

Lire l'article

New Delhi s'étouffe sous un épais brouillard de pollution

Lire l'article