14% des émissions de gaz à effet de serre dues aux transports

pollution transports

Aérogare 2, aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, Val-d’Oise, France (49° 00’ N – 2° 35’ E) © Yann Arthus-Bertrand

Le secteur des transports est un de ceux dont les émissions de gaz à effet de serre ont le plus augmenté. En 2010, il représente 14 % des rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’automobile, les navires, les aéroplanes et même les trains dépendent en grande partie des énergies fossiles, dont le pétrole. Ce dernier, en raison de ses propriétés (bon marché, conservation, facilité d’extraction et de combustion et liquide (transport aisé grâce à des réservoirs), est devenu indispensable aux déplacements individuels et collectifs des personnes et des marchandises sur les courtes et les
longues distances. Or, des alternatives moins polluantes, plus efficaces existent pour certains types de déplacement comme la mobilité douce pour les trajets urbains de moins de 3 kilomètres qui, en France composent la moitié des déplacements en voiture : marche, vélo, transports collectifs propres ou le transport fluvial ou ferré pour les marchandises.

4 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Ces 14 % semble bien faibles

    voir le commentaire que je viens d’envoyer aujourd’hui sur goodplanet avec le toujours plus

      • jipebe29

      Je suis d’accord .

    • Claude Renaud

    C’est bien la mobilité internationale sous toutes ses formes qui pose problème. C’est un trafic,
    sur terre, dans les airs et sur les océans qui est toujours en augmentation. Pour le commerce,
    pour le sport de haut niveau ou pour le tourisme, tout incite à se déplacer autour de la planète.
    Les alternatives moins polluantes, comme la marche à pied, le vélo ou les transports collectifs
    propres, ne sont que des démarches pour l’éthique et la conscience écologique, mais ne sont
    d’aucune efficacité au regard, par exemple, du trafic aérien qui prévoit de doubler dans les
    quinze prochaines années, alors qu’il transporte déjà plus de 4 milliards de passagers à l’année.
    Et puis les efforts de certains, sont annulés par le comportement de ceux qui s’en fichent
    complètement et qui applaudissent encore les sports automobiles, comme les rallies, la F1,
    le Dakar ou autres 24H du Mans.
    L’effort pour sauver le Climat et l’Humanité est loin de faire l’unanimité. On se demande quelle
    catastrophe climatique serait souhaitable pour faire bouger les choses ???

    • Peulet

    Dans le PCAET de mon agglomération c’est 40% dont la moitié imputable aux autoroutes

Chronique littéraire : Et le désert disparaitra, un roman sur la vie dans un monde post-apocalyptique et une fable écologique

Lire l'article

Indonésie : alerte aérienne après une nouvelle éruption du Sinabung

Lire l'article