99% de diminution de l’usage de substances menaçantes pour l’environnement

couche d'ozone

Décharge de matériel électroménager à Aspropyrgos, Attique, Grèce (38°02’ N – 23°35’ E) © Yann Arthus-Bertrand

Signé en 1987, le protocole de Montréal a été ratifié par 191 pays qui se sont engagés, avec succès, à cesser la production et le commerce d’une centaine de substances chimiques, dont les CFC (chlorofluorocarbures) employés dans la réfrigération ainsi que dans la propulsion, responsables de l’appauvrissement de la couche d’ozone. En une trentaine d’années, les substances dégradant la couche d’ozone ont diminué de plus de 99 %. Cela a été possible grâce à l’existence de produits de substitution, les HFC (hydrofluorocarbures) et au développement de nouvelles technologies. Le protocole de Montréal est souvent présenté comme l’exemple de l’accord environnemental qui fonctionne, en effet, d’ici à 2060, le trou de la couche d’ozone devrait se résorber. Enfin, le protocole prévoit, depuis 2016, l’abandon des gaz HFC afin d’éviter un réchauffement d’un demi degré Celsius.

Ecrire un commentaire

En Sibérie, le changement climatique déchaîne les feux de forêts

Lire l'article

Grèce : les pompiers bataillent contre deux incendies préoccupants à Olympie et Eubée

Lire l'article