La présence de parcs éoliens offshore pourrait atténuer les cyclones

Les parcs éoliens géants au large des côtes (offshore) protégèraient les villes côtières de cyclones dévastateurs tels que Katrina et Sandy. Une étude publiée dans Nature Climate Change, s’appuyant sur la simulation de la rencontre entre un cyclone et un parc éolien géant au large des côtes, montre en effet que les éoliennes atténueraient la vitesse des vents et l’intensité des vagues.

« Notre étude montre que la présence d’éoliennes ralentit la rotation extérieure des vents d’un ouragan, explique Mark Jacobson, l’un des principaux auteurs de l’étude, dans Physorg. Cela induit une diminution de la taille des vagues qui provoque une réduction des mouvements de l’air vers le centre de l’ouragan. La pression centrale étant ainsi diminuée, les vents ralentissent et l’ouragan finit par se dissiper. »

Les chercheurs ont appliqué le modèle  aux cyclones Katrina et Sandy qui ont frappé respectivement la Nouvelle-Orléans en 2005 et la côte est des Etats-Unis en 2012. Dans la simulation, la vitesse des vents de Katrina se trouve diminuée de 36 à 44 mètres par seconde au moment où le cyclone touche les côtes, et l’intensité de la tempête de plus de 79%. Quant à Sandy, cette diminution aurait atteint 35 à 39 mètres par seconde et 34% de son intensité.

Le parc éolien utilisé dans la simulation est de très très grande envergure : il contient 78000 éoliennes alors que le plus grand parc du monde en contient 175. Mais selon Jacobson, de tels parcs géants pourraient être rentabilisés par les dommages évités par leur fonctionnement, par la production d’électricité et par l’atténuation  de la pollution de l’air et du changement climatique. Les dégâts causés par Sandy avaient coûté 58 milliards d’euros. La construction d’un méga parc éolien à 32 km de la côte New yorkaise coûterait environ 153 milliards d’euros. En comparaison, un projet de mur maritime actuellement discuté et sensé protégé New York de futures tempêtes coûterait entre 7 et 29 milliards d’euros, sans production de revenus.

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

Un fabricant de voitures à hydrogène mise sur la "révolution verte" britannique

Lire l'article