La pauvreté, frein à l’intelligence

Un enfant dans un bidonville de Lagos © AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI
Children walk on a wooden bridge leading to their shanty homes at Badia East slums in Lagos on August 12, 2013. Forced evictions in Nigeria's largest city Lagos have cost around 9,000 people their homes or livelihoods, Amnesty International and a local rights group said in a report Monday. A new report by Amnesty International and the Social and Economic Rights Action Centre (SERAC), call for an immediate end to mass evictions in Lagos state until safeguards have been put in place to protect people from forced eviction. The report highlights the devastating impacts of the forced evictions on the residents? lives. Many women whose small businesses were demolished on 23 February described how they are now dependent on family and friends for basic necessities. Some said that they are suffering from malaria or typhoid after living in the open but can no longer afford to pay for medicines and treatment. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI
Un enfant dans un bidonville de Lagos © AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI

Une étude publiée dans la revue Science montre que le fait d’être pauvre entame la capacité du cerveau à se consacrer à des tâches et d’être efficace pour prendre de bonnes décisions. « L’étude conclut que les personnes vivant dans la pauvreté, en ayant plus souvent d’importantes préoccupations financières, utilisent plus leurs capacités mentales sur ces soucis, ce qui leur laisse  moins de capacités cérébrales disponibles pour d’autres tâches », résume la BBC le 30 aout. En effet, à partir d’études réalisées aux USA et en Inde, les chercheurs ont constatés que les plus riches réussissaient mieux des tests de QI. En Inde, les planteurs de canne à sucre obtenaient de meilleurs résultats aux tests quand leur situation financière était bonne. Les tests ont été effectués avant de planter, quand les fermiers s’endettent, et après avoir obtenu l’argent de la vente de leur récolte. Les paysans avaient de meilleurs résultats une fois payés. Aux Etats-Unis, deux groupes classés selon leurs revenus obtiennent des résultats équivalent à des tests d’aptitudes faciles, mais aux tests plus difficiles et complexes, les moins riches ont des résultats moins bons.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Une étude publiée dans la revue Science montre que le fait d’être pauvre entame la capacité du cerveau à se consacrer à des tâches autres et d’être efficace pour prendre de bonnes décisions.  […]

  • Je ne suis pas du tout daccord avec cette étude.

    La pauvreté à bon dos, j en’ai pas toujours eu l’aisance dans ma vie, j’ais connue des périodes très très dure ou je me demandais comment serait le lendemain,
    et ce n’est aps pour autant que j’étais plus con qu’un riche., il suffi seulement d’avoir la volonté de s’en sortir, de refuser de baisser les bras et d’améliorer ses condition de vie, et dans ce cas l’intelligence se développe bien plus que ceux qui n’ont pas de soucis pour faire vivre leur famille.

    La seule source d’intelligence c’est le vouloir,

      • Dan

      Et moi je ne suis pas du tout d’accord avec vous.
      Cette étude est STATISTIQUE, elle n’a jamais dit, que TOUT les gens pauvres restent pauvres, et que tout les gens riches restes riches.
      A vous entendre, vous vous prenez peut-être pour un génie, ou alors vous n’arrivez pas à admettre à vous même, que la réalité est trop cruelle pour vous. Vous vous en êtes peut-être sorti (et il faut voir ce que vous entendez par « sorti »), mais par expérience, je peux dire que la volonté n’a que très peu d’impact sur la possibilité de sortir de la précarité. Avez-vous conscience d’autres qualités qui entrent en compte dans des conditions de vie difficile?
      Par exemple, la sensibilité, qui d’ailleurs est plus élevée statistiquement, chez les gens plus intelligents (aux tests). Les gens intelligents, qui statistiquement, s’en sortent moins bien dans des conditions de vie précaires, auraient donc selon vous moins de volonté?
      Autre chose, avez participé à cette étude? Avez vous fait des tests durant vos périodes difficiles, et vos périodes plus aisées?
      D’autres études montrent aussi, que les riches trouvent des justifications au fait qu’ils se situent socialement en dessus des autres, ils se disent même qu’ils sont plus intelligents et que c’est la raison de leur statut social.

Corne de l’Afrique : pour éviter une crise alimentaire, il faut aider d’urgence les agriculteurs et les pasteurs touchés par la sécheresse

Lire l'article