Procès de l’amiante en Italie : une condamnation historique

La cour d’appel de Turin a reconnu l’industriel Stephan Schmidheinye coupable de « catastrophe sanitaire et environnementale permanente », le condamnant en appel à 18 ans de prison pour avoir provoqué la mort de près de 3 000 personnes victimes de l’amiante.

L’affaire se déroule entre 1976 et 1986, Schmidheinye est alors un important actionnaire d’Eternit Italie et propriétaire d’Eternit Suisse. Il a hérité de la filière amiante de l’entreprise familiale. Le caractère cancérigène de l’amiante est connu depuis les années 50 et son utilisation est règlementé dans de nombreux pays dès les années 70. Schmidheiny est accusé de ne pas avoir pris les mesures de précaution nécessaire pour protéger les employés de l’usine et les habitants des alentours. Cette condamnation pourrait faire école à l’étranger, en France notamment, où de nombreuses affaires similaires sont en cours de procédure.

Selon Le Monde, Schmidheiny n’est pas le seul condamné dans cette affaire, Louis de Cartier de Marchienne, ancien actionnaire et administrateur d’Eternit Italie a également été condamné en première instance à 16 années de prison ferme. La cour d’appel de Turin a cependant décidé d’abandonner les poursuites contre ce dernier, décédé le 21 mai 2013.

Ecrire un commentaire

Science du climat : encore des "mystères" à percer malgré les progrès

Lire l'article