Quinze signataires de plus pour le Pacte de la Ville de Mexico

Le Sommet « Villes et Changement Climatique » de Bogota vient de s’ouvrir avec l’adoption par quinze villes supplémentaires du « Pacte Climatique Mondial des Villes », dit Pacte de la Ville de Mexico, reconnaissant le rôle des collectivités locales dans la lutte contre le réchauffement climatique.

A ce jour 260 villes à travers le monde, dont une quarantaine de villes françaises sont signataires du Pacte de la Ville de Mexico. Ces villes s’engagent à réduire volontairement leurs émissions de gaz à effets de serre par la mise en œuvre d’actions locales et reconnaissent leur rôle dans la lutte contre le changement climatique et l’adaptation à ses effets.

Avant l’adoption de ce pacte en 2010, les villes et collectivités locales n’avaient pas de voix dans les débats internationaux. Grâce au pacte et à une démarche « onusienne » de quantification des émissions de gaz à effets de serres et des actions de réduction, ces villes espèrent peser de façon plus importante dans les négociations internationales et participer aux débats et aux engagements pris par les nations membres de l’ONU. Les signataires du pacte s’engagent en effet à promouvoir la coopération internationale entre les acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique tous en développant des stratégies locales d’adaptation au réchauffement climatique. Les signataires du pacte de Mexico s’engagent dans des domaines variés tels que les transports, la mobilité urbaine, l’habitat et l’urbanisme, la gestion du patrimoine, la collecte et du traitement des déchets et la gestion de l’énergie collective. Plus de 50 pour cent de la population mondiale vit en milieu urbain, un chiffre qui pourrait augmenter à 70 pour cent d’ici 2050.

Deux ans après l’adoption de ce pacte, se tient cette semaine à Bogota en Colombie, le Sommet « Villes et Changement Climatique ». Souhaitant réaffirmer leur ambition de lutte contre le réchauffement climatique, ce Sommet est pour les signataires l’occasion d’échanger sur les projets mis en œuvre depuis l’adoption du pacte et sur les premiers résultats obtenus. Un premier résultat est déjà quantifiable, entre 2010 et 2011, les signataires du Pacte de la Ville de Mexico ont réussi à réduire leurs émissions de CO2 de près de 450 millions de tonnes.

Roxanne Crossley. Envoyée spéciale à Bogota en Colombie pour le Sommet « Villes et Changement Climatique » co-organisé par l’Agence Française de Développement.

Ecrire un commentaire

L'été 2020, le plus sec depuis le début des mesures, selon Météo-France

Lire l'article