3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean-Pierre Lamic

    Pour complément d’information
    Bonjour,
    Merci pour cet article. Pour complément d’information, voir le blog de l’association des Voyageurs et Voyagistes éco-responsables et « Tourisme durable, utopie ou réalité? » Editions L’Harmattan, avril 2008.
    Cordialement
    Jean-Pierre Lamic

    • Manuel Miroglio, consultant-formateur, expert en tourisme responsable et solidaire

    Le tourisme équitable et solidaire
    A noter que l’ATES (Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire), née en 2006 pour regrouper les associations organisatrices de ces voyages montés en partenariat avec les populations locales, a fait voyager plus de 6000 personnes en 2008 et a permis de dégager 200 000 euros pour financer des projets de développement dans les pays du Sud, destinés à améliorer les conditions de vie des habitants.

    Elle a mis en place une grille de 10 critères qui doivent être respectés par ses membres, garants d’une démarche sincère en faveur du tourisme équitable et solidaire :

    1. Les populations locales sont au cœur du processus d’accueil et l’opérateur organise ses séjours en partenariats avec elles
    2. L’opérateur choisit des partenaires organisés autour de projets de développement bénéficiant à la collectivité
    3. L’opérateur organise ses voyages de manière à maximiser l’impact sur l’économie locale des territoires d’accueil
    4. L’opérateur organise ses voyages en veillant à respecter les équilibres économiques, sociaux et environnementaux
    5. L’opérateur favorise la rencontre et l’échange dans la conception de ses voyages
    6. L’opérateur milite pour le tourisme équitable et solidaire et le respect de ses principes et s’engage à promouvoir l’ATES
    7. L’opérateur met à disposition du voyageur la répartition du prix du voyage
    8. L’opérateur informe sur les opérations de développement et préservation de l’environnement mises en place grâce aux bénéfices de l’activité touristique
    9. L’opérateur informe et sensibilise ses voyageurs sur chaque destination (situation économique, sociale et culturelle, règles de savoir-vivre, situation environnementale)
    10. L’opérateur organise son fonctionnement et fixe le prix de ses voyages de manière à dégager une marge affectée à un fonds de développement. Ce fonds est alloué aux populations d’accueil de ses destinations

    Aujourd’hui les membres de l’ATES proposent toutes formules de voyages sur plus de 50 destinations : http://www.tourismesolidaire.org

    • Michel CERF

    Le tourisme de masse responsable ? on sait bien qu’il s’agit de servir des intérêts particuliers et qu’au final c’est la nature qui trinque .

Aude: des "faucheurs" d'OGM détruisent des centaines de sacs de semences

Lire l'article

Japon: les murs anti-tsunami, massif héritage de la catastrophe de 2011

Lire l'article