Une nouvelle étude indépendante contredit Shell sur la pollution par le pétrole dans le delta du Niger

Les quantités de pétrole déversées à Bodo, dans le delta du Niger en 2008 ont été sous-estimées par Shell. C’est ce qui a été révélé par une évaluation indépendante que se sont procuré Amnesty International et le Centre pour l’environnement, les droits humains et le développement (CEHRD).

« La différence est ahurissante : même en prenant la fourchette basse de l’estimation d’Accufacts, le volume de pétrole déversé à Bodo était 60 fois supérieur à ce que Shell a affirmé à plusieurs reprises », a déclaré Audrey Gaughran, chargée des questions relatives aux enjeux internationaux à Amnesty International, rapporte allAfrica.com.

En plus de l’importante sous-évaluation du déversement, la communication de Shell est mise en cause : le géant pétrolier rappelle régulièrement que la majeure partie de la pollution pétrolière dans le delta du Niger est causée par le sabotage. « Le sabotage est un problème réel et grave dans le delta du Niger, mais Shell utilise abusivement cet aspect pour protéger son image et fait des déclarations qui ne résistent tout simplement pas à un examen approfondi », a souligné Audrey Gaughran.

Faute d’un nettoyage approprié de la part de Shell, et d’avoir obtenu justice au Nigeria, les habitants de Bodo ont maintenant porté leur demande devant les tribunaux du Royaume-Uni.

Ecrire un commentaire

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article

Des start-up de véhicules électriques célébrées à Wall Street face à une route semée d'embûches

Lire l'article