HFC : des gaz à double tranchant

Alors qu’ils sont utilisés pour protéger la couche d’ozone, les HFC ou hydrofluorocarbures, ces gaz utilisé notamment dans les réfrigérateurs ou les climatiseurs, pourraient contribuer de façon importante au réchauffement de la planète dans les années à venir, prévient le PNUE. Dans un récent rapport, les scientifiques des Nations Unies estiment que d’ici 2050, le pouvoir de réchauffement des HFC devrait être comparable à celui des émissions de CO2 du secteur du transport, rapporte la BBC. Utilisés en remplacement des chlorofluorocarbures (CFC) et des hydrochlorofluorocarbures (HCFC), deux gaz particulièrement nocifs pour la couche d’ozone, les HFC ne dégradent pas celles-ci mais « sont de puissants gaz à effet de serre », avertit Achim Steiner, le Directeur exécutif du PNUE, et sont d’ailleurs inscrit dans le protocole de Kyoto. Plusieurs pistes de remplacement de certains HFC sont donc actuellement à l’étude, et ce alors que l’augmentation de la population mondiale et la croissance économique laissent présager une augmentation de leur utilisation.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • René Séguin

    Correction
    Bonjour,
    J’aimerais porter à votre attention que les HFC n’ont pas de pouvoir protecteur pour l’ozone. L’avantage que vous mentionnez se résume à l’absence de contribution au phénomène de déplétion de la couche d’ozone puisqu’ils ne sont pas des produit chlorés.

    Cordialement,
    René Séguin
    Étudiant à la Maîtrise en environnement
    Université de Sherbrooke, Qc (Canada)

    • Olivier GoodPlanet

    HFC
    Merci pour cette remarque tout à fait justifiée. C’est corrigé.

Sous l’effet du réchauffement climatique, du méthane emprisonné dans les glaces arctiques libéré

Lire l'article