L’exposition aux solvants augmente les risques de maladie de Parkinson

Les personnes exposés aux trichloréthylènes, un solvant employé comme dégraissant, ont 6 fois plus de chances de contracter la maladie de Parkinson. Une étude internationale sur 99 paires de jumeaux vient d’établir ce lien, rapporte la BBC le 14 novembre. Les trichloréthylènes ont été progressivement interdits en Europe et aux Etats-Unis, toutefois il y aurait un délai de 40 années entre l’exposition à cette substance et le moment d’apparition de la maladie. L’étude montre aussi que l’exposition à deux autres solvants, perchloroéthylène et le tétrachlorure de carbone, augmente le risque. « C’est la première étude qui établit un lien entre la maladie de Parkinson et le trichloréthylène », explique le docteur Michelle Gardner du département britannique de recherché sur la maladie de Parkinson avant de souligner que « depuis une trentaine d’années ce produit a été de moins en moins s employé pour des raisons de sécurité et que, sur les lieux de travail, la sécurité et l’exposition aux solvants ont fait des progrès ces dernières années. »

Ecrire un commentaire

Corridas et cruauté envers les animaux : la SPA à nouveau déboutée à Nîmes

Lire l'article