Entrée en vigueur de la directive européenne sur les médicaments à base de plantes

Seuls les produits dont l’innocuité et l’utilisation à des fins médicinales depuis 30 ans dont 15 au sein de l’Union européenne auront été prouvées pourront désormais être commercialisés. En revanche, contrairement à la procédure classique de mise sur le marché d’un médicament, aucun essai clinique n’est exigé, rapporte le service de presse de l’Union européenne.

Adoptée en 2004, cette directive vise notamment à éviter les effets secondaires dus à d’éventuelles interférences avec d’autres médicaments. Elle a été au cœur d’une vive polémique peu de temps avant son entrée en vigueur. En effet, malgré le délai de 7 ans laissé aux fabricants pour effectuer les démarches nécessaires, certains produits n’ayant pas satisfait à la nouvelle procédure ne peuvent plus être commercialisés. Pour le commissaire européen à la santé en revanche, c’est la garantie que les médicaments à base de plantes seront plus sûrs. « A présent, les patients peuvent se fier aux médicaments traditionnels qu’ils achètent dans l’Union. », a-t-il commenté.

Tous les produits à base de plantes ne sont cependant pas visés par la nouvelle réglementation. C’est le cas notamment des vitamines, des tisanes, des compléments alimentaires et de l’homéopathie.

Ecrire un commentaire

Travailler plus de 55 heures par semaine augmente le risque de décès, selon l'OMS

Lire l'article