Des toits verts pour rafraîchir les villes

Les toitures végétalisées seraient la meilleure solution pour lutter contre le phénomène d’îlot de chaleur urbain (ICU), rapporte The Guardian. Un phénomène de microclimat artificiel où les températures sont plus élevées en centre ville qu’ailleurs. Des chercheurs de l’Université de Columbia ont en effet démontré qu’une couche de terre et des plantes sur les toits des bâtiments pouvaient réduire de 84% le taux d’absorption de chaleur, grâce au phénomène d’évapotranspiration. « Pour réguler leur propre température, les plantes évaporent de grandes quantités d’eau, explique Stuart Gaffin, chercheur à l’Université de Columbia. C’est ce qui permet à ces toitures de conserver la même température que l’air ambiant, contrairement aux toits conventionnels qui atteignent vite les 80°C en début d’après-midi. » Appelés « plages de goudron », les toits classiques, souvent noirs, contribuent principalement à la création de ces îlots thermiques. »Les toits verts évitent le réchauffement extrême des villes et ne demandent pas beaucoup d’entretien, ajoute Stuart Gaffin.De plus, leur durée de vie est deux fois plus longue que les toits noirs. Végétaliser les toits est une démarche gagnant-gagnant pour tous !« 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Pi B

    Pas nouveau
    Cette tecnhique n’est pas neuve , certaine maison en Islande on est toit végétalisé et ça fais 400 ans que ça dure !!! Mais c’est tres bien de le rappeller . Continuer comme ça.

Australie : les catastrophes seront plus "graves et fréquentes", selon la commission des feux de 2019/2020

Lire l'article