Le transport maritime lève le pied

Les navires marchands actuels circulent moins vite que leurs équivalents à voile du XIXe siècle. Maersk, la plus grande entreprise de fret maritime, a réduit de 30% ses émissions de gaz à effet de serre et économisé 65 millions de livres sterling en bridant les moteurs de ses navires. Avec la crise et les mesures de limitation de rejet de gaz à effet de serre, « les vitesses moyennes sont passées de 25 nœuds à 20, et certaines grandes compagnies ont même adopté un régime ”super lent” de 12 nœuds », rapporte le New Zealand Herald du 26 juillet. Désormais les cargos mettent le même temps que les voiliers du XIXe, dont certains pouvaient atteindre 22 nœuds en moyenne, pour aller de l’Australie à l’Europe.

Ecrire un commentaire

Le navire-laboratoire Energy Observer de retour à Saint-Malo après 7 ans d'odyssée

Lire l'article

Énergie: la gauche veut baisser les factures et pousser les renouvelables françaises, sans se prononcer sur le nucléaire

Lire l'article