Le programme REDD sapé par la corruption

Le programme REDD, pour la réduction des émissions de carbone issues de la déforestation, est sapé par la corruption des gouvernements, rapporte dimanche le Guardian. Un rapport publié conjointement par différentes ONG montre que des pays bénéficiaires du REDD utilisent les fonds alloués par les Nations Unis pour des fins autres que la protection des forêts. Le gouvernement du Guyana ou de la république démocratique du Congo, par exemple, utilisent ces fonds pour aménager des routes ou construire des usines dans les zones forestières, respectivement. Selon Simon Counsell, directeur de la Fondation Rainforest, « la REDD a été présentée comme le moyen le plus rapide et le moins coûteux pour prévenir le changement climatique, mais ce qu’on observe, ce sont des projets onéreux et mal conçus qui ne répondent pas aux causes primaires de la déforestation ».

Ecrire un commentaire

Malgré des améliorations, les pays européens échouent à répondre aux critères de qualité de l’air préconisés par l’OMS

Lire l'article

25 Novembre : flambée des violences envers les femmes à l'ombre du coronavirus

Lire l'article