Catastrophe de Bhopal : les responsables condamnées à de faibles peines

Une cour criminelle indienne a condamné hier à 2 ans de prison et 1756 euros d’amende sept anciens dirigeants locaux impliqués dans la catastrophe industrielle de Bhopal, 26 ans après les faits. L’ancien dirigeant du groupe, Warren Anderson, ne fait pas partie des accusés, reconnus coupables de « mort par négligence », rapporte The Hindu. Le 3 décembre 1984, l’explosion d’une usine de la firme américaine Union Carbide avait fait 3 000 morts le jour même, et le gaz toxique s’échappant de l’usine plusieurs milliers de victimes les mois suivants. Selon Amnesty International, 100 000 personnes souffrent encore aujourd’hui de graves problèmes de santé. Audrey Gaughran, responsable des questions internationales au sein de l’ONG, remarque que « ces condamnations sont historiques, mais elles sont trop faibles et arrivent trop tard ».

Ecrire un commentaire

La banquise de mer tarde à se reconstituer en Arctique

Lire l'article

New Delhi s'étouffe sous un épais brouillard de pollution

Lire l'article