La vapeur d’eau responsable d’un tiers du réchauffement climatique dans les années 1990

Un tiers du réchauffement climatique observé dans les années 1990 serait dû à l’augmentation de la quantité de vapeur d’eau présente dans la haute atmosphère, d’après une étude publiée le vendredi 29 janvier dans le journal Science. Cette étude a été conduite par Susan Solomon qui a co-dirigé la rédaction du dernier rapport du Giec (groupements international des experts sur le climat, qui fait référence dans ce domaine) en 2007. Selon elle, cette étude « ne remet aucunement en cause l’origine humaine du changement climatique », rapporte The Guardian du 29 janvier. En effet, une réduction de 10% de la présence de vapeur d’eau dans l’atmosphère expliquerait en patrie le ralentissement du changement climatique constaté après l’an 2000. Les scientifiques appellent cet effet le triple 10 puisqu’ « une réduction de 10% de la vapeur d’eau présente à 10 miles (environ 15 km) a des effets sur 10 ans ». Ils appellent donc à une meilleure prise en compte du potentiel de la vapeur d’eau dans les modélisations informatiques utilisées pour prédire l’évolution du climat.

Ecrire un commentaire

Sydney, en pleine canicule, enregistre sa nuit de novembre la plus chaude

Lire l'article