Une frontière flottante entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda

La rivière Semliki qui fait office de frontière entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda a changé de cours plusieurs fois depuis 1960 à cause de la fonte des glaciers. Le débit de la rivière a augmenté à cause de la hausse des températures ces dernières années. Son tracé a ainsi varié de plus de 10 mètres, ce qui a modifié l’appartenance territoriale d’une cinquantaine de kilomètres carrés ces dernières décennies. En amont de la rivière, une réserve de près de 1,5 milliard de barils du pétrole a été découverte dans la partie ougandaise du lac Albert. Les prospections se poursuivent le long de la rivière Semliki. « Cela peut conduire à un conflit. Nous savons qu’il y a du pétrole autour du lac Albert et dès qu’il y a du pétrole vous ne savez pas ce qu’il peut se passer », déclare Goreti Kitutu de l’autorité de gestion de l’environnement dans The Independent du 11 novembre. Les autorités des 2 pays travaillent à établir une ligne de frontière fixe.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • congolais

    c’est tres malicieux comme explication
    A quand le changement du lit du fleuve Amazonie, du fleuve congo,…la recrudescence de débats sur les frontières de la RDC avec ses voisins cachent bien ses petits secrets, et voila maintenant des eaux qui changent de lit, bientôt on se disputera les nuages qui se déplacent. tout cela dans l’objectif de grignoter quelques cm2 à la RDC!

La banquise d'été de l'Arctique au deuxième plus bas niveau jamais observé

Lire l'article