Elle l’aide et cela lui réussit …

Son choix a porté sur l’ E.S.A aussi parce que l’association privilégie les relations personnelles entre l’enfant et le bénévole. « L’ E.S.A cherche aussi d’emblée à établir un lien de confiance avec l’enfant et sa famille. Celui-ci intervient dans la maison de l’enfant, il peut ainsi mieux connaître le contexte dans lequel celui-ci évolue », détaille Eloise. Pour Fatoumata, c’est un peu différent. Il n’y a pas de place dans le tout petit appartement qu’occupent ses parents et ses cinq frères et sœurs. Et puis, en tant qu’aînée de la famille, Fatoumata doit aider sa maman dans ses tâches journalières. Pour qu’elle puisse se concentrer, elles se rencontrent donc une petite salle de l’école pour travailler. Là, elles revoient les cours et les points sur lesquels Fatoumata achoppe. « La maîtresse va parfois trop vite et je n’ose pas lui poser des questions pendant le cours qui pourraient ralentir les autres élèves. Avec Eloïse, c’est différent. Elle a des réponses à toutes mes questions. On prend le temps qu’il faut » raconte Fatoumata, confiante.

Ecrire un commentaire

Aux États-Unis, un village déconnecté résiste encore et toujours à l'envahisseur numérique

Lire l'article