Emmaüs International redonne du souffle au Liban

Dès la fin des hostilités, l’AEP, qui finance et accompagne toutes sortes de petits projets productifs, familiaux, collectifs ou coopératifs, a dressé l’inventaire des pertes de ses emprunteurs dans les régions affectées afin de relancer au plus vite leurs activités. L’association a ensuite réaménagé les prêts en fonction des dégâts que les emprunteurs avaient subis.

Grâce aux fonds versés par Emmaüs International à l’AEP, l’association a autorisé un deuxième crédit à Raif dès la fin 2006. Ce crédit lui a permis de reconstruire son atelier, de l’agrandir, d’embaucher des salariés et d’importer des matières premières de Chine. Il aura remboursé sa dernière traite en janvier 2012. « Sans l’AEP, je n’aurais pas pu retourner à mon travail, aider ma famille et mes employés », s’exclame-t-il. Depuis sa création en 1984 et jusqu’à fin 2008, les activités de l’AEP ont permis à 9 000 emprunteurs de sortir la tête de l’eau. Aujourd’hui, les projets financés s’élèvent au total à 7,5 millions de dollars US et 1,5 million de prêts sont actuellement en cours dans le pays.

Ecrire un commentaire

Covid : la levée des brevets sur les vaccins mise en doute par le désaccord entre Berlin et Washington

Lire l'article

La frontière, muraille et trait d'union pour deux jumeaux suédois séparés par le Covid

Lire l'article