La prime à la casse alimente le trafic de voitures

Plus de 50 000 véhicules qui auraient dû être détruits grâce à la prime à la casse en Allemagne ont été illégalement exportés. Ces voitures se retrouvent en Afrique ou en Europe de l’Est suite à une faille du système, exploitée par les réseaux de trafiquants de voitures volées. « Lorsqu’il a mis au point son programme innovant de prime à la casse, le gouvernement allemand a négligé un petit détail : s’assurer que les guimbardes cessent de gambader », lit-on dans le New York Times du 8 août. Le quotidien pointe les limites de la loi allemande qui, pour toucher la prime, exige du revendeur qu’il conduise l’ancien véhicule à la casse. Or ces dernières sont débordées et ont vu le prix de la tonne de matériaux divisé par 40 depuis 2008, ce qui les incite à se tourner vers la contrebande de voitures. Le gouvernement fédéral américain, qui vient de lancer son programme de prime à la casse, exige, lui, que le moteur soit détruit par le revendeur en injectant du silicate de sodium.

Ecrire un commentaire

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article

Des start-up de véhicules électriques célébrées à Wall Street face à une route semée d'embûches

Lire l'article