Nuages et réchauffement climatique : le cercle vicieux

Certains nuages aurait un rôle amplificateur sur réchauffement climatique. C’est le résultat de la première analyse considéré comme fiable sur le phénomène, publiée dans Science. Les chercheurs de l’Université de Miami ont suivi le comportement des nuages au-dessus du nord-est de l’Océan Pacifique sur les 50 dernières années. A la fin des années 1970, ils ont constaté une diminution de la couverture nuageuse ainsi qu’un réchauffement de l’eau. Selon eux, l’océan aurait transféré sa chaleur à l’atmosphère, entraînant la dispersion des nuages de basse altitude. Moins de nuages bas signifient davantage de rayons du soleil parvenant dans l’atmosphère. Ces rayons réchauffent alors l’océan et ainsi de suite – c’est ce que l’on appelle un « feedback positif ». A cela s’ajoute l’effet de serre des nuages de la haute atmosphère, qui produisent de l’humidité et renvoient les rayons du Soleil vers la surface. « Si cela est vrai, alors presque tous les modèles climatiques sont faux », annonce l’article, qui pointe toutefois le manque d’explications étayant l’étude.

Lire aussi l’article du Scientific American.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • JM

    Fiabilité des modèles
    et dire que l’on nous explique que les modèles actuels sont fiables à 90% ! On voit bien que l’on incapable de maîtriser tous les paramètres qui gouvernent le climat si tant est que l’on puisse le faire un jour . Alors de là à prédire le climat dans 100 ans !

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article