Des pousse-pousse plus écolo

L’utilisation de moteurs au gaz naturel comprimé pour les 14.000 pousse-pousse de Dhaka a permis de réduire de 30 % les émissions de particules polluantes dans la capitale du Bangladesh. Les pousse-pousse et autres véhicules pourvus de moteurs à deux temps étaient responsables de 60 % de la pollution de l’air imputable à la circulation automobile dans ce pays, selon le Christian Science Monitor du 25 mars. Progressivement, les autorités de la ville ont interdit l’essence au plomb, puis les moteurs à deux temps, tout en mettant en place un programme de promotion du gaz naturel comprimé (GNC). Désormais, le GNC coûte 4 fois moins chez que l’essence, ce qui permet aux acquéreurs d’amortir le surcoût du véhicule. Même si la pollution de l’air a diminué, le GNC nécessite des réservoirs plus volumineux ; des ateliers d’installation non conforme se développent et le trafic routier continue de croître de 10 % par an. « Sa combustion rejette plus de méthane que l’essence, mais ces émissions de méthane ont un effet moindre que celles qui sont causées par l’essence », explique Andrew Burnham du département américain de l’énergie qui rappelle que le méthane est un puissant gaz à effet de serre.

Ecrire un commentaire

Inde : grâce aux évacuations, le cyclone n'a fait aucune victime selon les autorités

Lire l'article