Les bluffeurs de l’environnement

Le mensuel économique l’Expansion propose dans son numéro de novembre un dossier dans lequel il compare la communication des grandes entreprises françaises et leurs actions réelles en faveur du développement durable. Le classement fait ressortir 4 groupes d’entreprise : les bluffeurs, les flambeurs, les indifférents et les vertueux. La communication des entreprises sur l’environnement et le développement durable augmente dans la publicité et les rapports d’activités. Pourtant, l’action des entreprises en faveur du développement durable n’est pas toujours à la hauteur des ambitions affichées, ce qui amène à parler de greenwashing. Le greenwashing consiste à utiliser l’argument environnemental pour se façonner une bonne image. Par exemple, LVMH fait partie des « bluffeurs », le groupe se réfère plus d’une centaine de fois à l’environnement dans son rapport alors que l’entreprise n’a pas de direction dédiée à cette thématique et est mal notée à cause de ses pratiques envers ses sous-traitants. Comme le fait remarquer François Fatoux de l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises : « une entreprise peut être exemplaire sur ses relations sociales tout en mettant la pression sur ses fournisseurs ». Aurélien Bernier, spécialiste de l’environnement, donne l’exemple de la compensation carbone mis en avant par certaines sociétés : une « supercherie » et « les indulgences du XXIe siècle », selon lui. Le manque de contrôle de l’action de l’entreprise reste encore tabou. Sans contrôles interne et externe, sans un mouvement d’ensemble des entreprises, les actions en faveur du développement durable risquent de vite trouver leurs limites.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Rakotoarijaona

    Bon à savoir
    Daewoo Logisitcs Corporation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
    23-01-2009
    659 clics
    Dans le cadre des « Road Show » sur le MAP ainsi que des voyages à l’extérieur, des appels à manifestation d’intérêt ont été faits au niveau des investisseurs pour des IDE. DAEWOO s’est manifesté parmi tant d’autres et s’est engagé dans les étapes suivantes

    CONTEXTE

    La Politique Foncière de l’Etat se concentre sur deux axes principaux :
    A) Sur la sécurisation foncière et la gestion foncière de proximité au travers de la modernisation des Services Fonciers et leur décentralisation par le biais des Guichets Fonciers
    B) Sur le développement de l’Agribusiness par le biais du bail emphytéotique pour des investisseurs nationaux et internationaux.

    « DAEWOO » :
    Dans le cadre des « Road Show » sur le MAP ainsi que des voyages à l’extérieur, des appels à manifestation d’intérêt ont été faits au niveau des investisseurs pour des IDE.

    DAEWOO s’est manifesté parmi tant d’autres et s’est engagé dans les étapes suivantes :
    1. Prospection des terrains favorables à la culture du Maïs et du Palmier à huile sur 4 Régions ( Menabe, Melaky, Sava, Antsinanana) : une e prospection a été décidé( la prospection a duré 2 mois d’Août au 13 Octobre 2008) du fait de l’inexistence des données foncières .
    2. Les Chefs de Région concernés n’ont joué que le rôle de facilitateur
    3. Les dossiers DAEWOO sont actuellement déposés au niveau des Circonscriptions domaniales foncières des Régions concernées.
    4. Une équipe technique interministérielle se penche actuellement sur l’étude des dossiers impliquant l’EDBM pour le Business Plan.
    5. Des descentes pour faire un Etat des lieux devront avoir lieu pour respecter les procédures en tenant compte de l’aménagement du territoire et du PRD de chaque région.
    6. Le Conseil du Gouvernement décidera en finalité du dossier « DAEWOO ».

Allemagne : à 48 heures du scrutin, Greta Thunberg à Berlin pour mobiliser sur le climat

Lire l'article