Le paradoxe allemand sur l’énergie

La Commission européenne a contraint l’Allemagne à revoir à la baisse son plan d’allocation de quotas d’émission de CO2 pour éviter que ne se reproduise un effondrement des cours dû à une sur-allocation des quotas. Malgré ses réalisations dans le domaine des énergies renouvelables, l’Allemagne reste le premier émetteur de CO2 de l’Union Européenne à cause du charbon. Cette semaine, Novethic s’intéresse aux enjeux du marché des quotas d’émissions dans ce pays. Le charbon assure au pays 46 % de son électricité, c’est un secteur puissant. Les deux premières entreprises européennes les plus émettrices de gaz à effet de serre sont les producteurs d’électricité allemands. Le gouvernement confère des facilités à ces entreprises, selon Claire Stam, la journaliste de Novethic : « les grands groupes de fourniture énergétique reçoivent tout de même 90 % de leurs quotas d’émission gratuitement ». À terme, l’Union Européenne voudrait soustraire les attributions de quotas d’émission à la pression des firmes trop proches des gouvernements nationaux. D’ici 2012, les allocations devraient être centralisées à Bruxelles, projet qui, pour les uns, marque une trop grand ingérence de l’Europe, pour les autres, il s’agit là d’un moyen efficace de réduire l’influence des lobbies.

Ecrire un commentaire

Tempête Barbara : un mort, moins de 10.000 foyers toujours privés d'électricité

Lire l'article

Carola Rackete, du sauvetage des migrants à la défense de la forêt

Lire l'article