Les Italiens ont dit non au nucléaire

Le choix de produire ou non de l’électricité nucléaire engage parfois autant les gouvernements que leurs populations. En Italie, pays qui a été précurseur en matière de nucléaire nucléaire civil, la catastrophe de Tchernobyl a suscité des inquiétudes. En 1987, le gouvernement a donné à la population la possibilité de voter pour ou contre la production d’énergie à partir du nucléaire. Le non l’ayant emporté, l’Italie a depuis arrêté toute production nucléaire sur son sol tout en continuant à effecteur des recherches dans ce domaine pour ne pas s’interdire d’y revenir un jour.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Zezelezien

    Nucléaire civil italie
    Le fait que les italiens aient décidé d’abandonner le nucléaire civil en 1987, soit 1 an après Tchernobyl relève de la crainte légitime après l’accident! Si un référendum était organisé maintenant il y a fort à parier que le résultat serait différent! De + on remarquera que comme tous les autres pays qui sont « sortis du nucléaire » l’Italie importe son électricité principalement à la France, dont nous savons qu’elle est majoritairement d’origine nucléaire. On remarquera aussi qu’une des sociétés de pointe dans la construction de centrales nucléaires Enel est italienne! Du coup les italiens (comme les autres!) sont en train de repenser leur politique vis-à-vis du nucléaire…

    • Hugo Camargo Rocha

    Question de ‘hiérarchie des valeurs’
    J’aimerais bien comprendre la tête de ceux qui veulent des usines nucléaires partout dans le monde. Et quand je pense à cela, j’arrive à la conclusion que c’est une simple question de ‘hiérarchie des valeurs’. La vie humaine est une valeur sécondaire et méprisable dans tous les raisonnements et arguments pronucléaires. C’est cela ce qui effraie! (et excusez la grammaire, je suis brésilien).

Les habitants de l'île de Pâques votent à 67% contre la réouverture aux touristes

Lire l'article