L’imprimante 3D plus écolo que l’usine

Démonstration d'une imprimante 3D au Japon © AFP PHOTO / JIJI PRESS JAPAN OUT

Démonstration d’une imprimante 3D au Japon © AFP PHOTO / JIJI PRESS JAPAN OUT

Grâce aux imprimantes tridimensionnelles, le fait maison aurait un impact moindre sur l’environnement. C’est ce qu’affirme une  équipe de chercheurs de l’Université de technologie du Michigan qui a comparé l’énergie requise pour fabriquer un presse-orange, une brique à assembler de jouet et un tuyau de gouttière à l’aide d’une imprimante 3D par rapport à celle employée pour les produire dans une usine puis les acheminer aux États-Unis. L’utilisation de l’imprimante 3D permettrait d’économiser entre 41 % et 64 % d’énergie pour créer ces objets, écrit Science Daily le 3 octobre. Les scientifiques ont effectué des analyses de cycle de vie de type Craddle to Craddle. Surtout, ils ont trouvé que les imprimantes nécessitent moins de matières premières. Et ils ont aussi employé des bioplastiques à base de maïs ou encore des imprimantes fonctionnant grâce à l’énergie solaire. Joshua Pearce de Université du Michigan qui a conduit cette  étude la résume ainsi : « le bilan est que nous pouvons réduire substantiellement l’énergie consommée et le CO2 émis en fabriquant les choses à la maison. Et les ceux qui produisent à la maison seront motivés pour faire de bonnes choses et utiliser moins d’énergie car cela coûte moins de fabriquer un objet avec une imprimante 3D que de l’acheter en magasin ou sur Internet. » Les imprimantes 3D permettent de créer des objets avec un ordinateur à partir de filaments de pastiques qui sont assemblés par une machine.

en Une

Newsletter

Twitter ›

Facebook ›

Media Query: