L’importance de la poursuite des négociations climatiques


La COP24 démarre en Pologne, l’ONU rappelle grâce à ces 2 vidéo l’importance de continuer à agir pour limiter le réchauffement climatique. Même si l’impact du réchauffement est de plus en plus tangible, les solutions sont aussi connues.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • AVANT

    Avec une chaudière utilisant la combustion des produits fossiles toute la chaleur produite par la chaufferie pour chauffer l’habitat réchauffe l’environnement

    Avec les moteurs à explosion utilisant l’essence ou le gas-oil les 2/3 de l’énergie consommée est perdue en chaleur. Seul le 1/3 restant est de l’énergie mécanique qui sert à satisfaire le besoin.
    Ces 2 dispositifs rejettent des gaz brulés en polluant l’air de nos cités
    Avec les centrales nucléaire utilisant l’uranium comme combustible les 2/3 de l’énergie thermique générée par le réacteur* est également perdue en chaleur, seul le 1/3 restant est de l’énergie électrique qui sert à satisfaire le besoin.

    APRES

    Lorsque l’on chauffe l’habitat avec une pompe à chaleur à compresseur ayant un COP de 5, seulement le 1/5 de la chaleur produite réchauffe l’environnement, les 4/5 restant le refroidisse.

    Avec un moteur électrique la totalité de l’énergie électrique consommée est convertie en énergie mécanique sans formation de chaleur.

    Ces 2 dispositifs assurent leur fonction sans rejet polluant.

    Les centrales voltaïques ne nécessitant pas de combustible et produisant de l’électricité sans réchauffer notre environnement.

    Quiconque à assimilé ce qui précède devrait comprendre l’utilité des deux « Solar Water Economy » pour solutionner nos transitions énergétique et écologique. Ceci particulièrement si la première, celle de l’enthalpie, échange l’énergie thermique sur l‘eau. Cela dit Paris ne c’est pas fait en un jour et il est plus que probable que les systèmes hybrides vont prendre place dans un premier temps autant pour les moteurs de nos véhicules que pour les chaufferies de nos habitations.

Le photographe animalier Laurent Baheux : « On n’a même pas besoin de tuer des éléphants pour les voir disparaître, il suffit de prendre leur place. »

Lire l'article