Energie dans les transports : Une bombe climatique à désamorcer d’urgence !

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 5 minutes  

Aéroport
Les transports dépendent à 96% des énergies fossiles, ce qui explique pourquoi ils sont responsables de plus d’un quart des émissions de gaz à effet de serre. Avec un trafic mondial en croissance constante, notamment dans le domaine du transport aérien, cette proportion devrait être revue à la hausse dans les années à venir.

En 2005, 58% de la demande de produits pétroliers (hors électricité) avaient pour utilisation finale les transports, contre seulement 36% en 1973. La demande pétrolière mondiale devrait progresser de 1,3% par an sur la période 2004-2030, de 0,6% dans la zone OCDE et autour de 3% pour la Chine et l’Inde.

Deux tiers de cette hausse seraient tirés par les transports, principalement par la route. En 2006, selon un rapport de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement, le commerce mondial de marchandises, tous moyens de transport confondus, a augmenté de 8%. La progression a été de 4% pour le chemin de fer, 4,5% pour la route et de 4,3% pour le commerce maritime. En 2005, en France, les transports étaient responsables de 27% des émissions de gaz à effet de serre (contre 13,1% dans le monde, en raison de l’utilisation dans l’Hexagone de l’énergie nucléaire), les trois quarts provenant de la route. D’après le Commissaire européen aux transports, celles-ci devraient croître d’ici à 2020 trois fois plus que les autres sources de pollution. En un siècle, le trafic mondial de voyageurs a été multiplié par trois, celui des marchandises par 1000.

Carburants alternatifs

L’énergie pour les transports dépend à 96% du pétrole. Les autres sources disponibles sont encore marginales, les carburants d’origine agricole connaissant le plus fort développement :

Le gaz naturel véhicule (GNV) fait rouler environ 5 millions de véhicules, notamment les flottes de véhicules publics urbains comme les bus ou les camions-bennes. En 2006, il représentait 0,3% de la consommation mondiale d’énergie pour les transports.

Le Gaz de pétrole liquéfié (GPL) représentait 1,1% de la consommation en 2005.

L’EMHV ou diester, produit à partir des huiles extraites de colza, soja, tournesol, palme et utilisé dans les moteurs diesel. La production mondiale en 2005 était de 4 millions de tonnes, les pays producteurs étant l’Allemagne (45%), la France (15%), l’Italie (11%) suivis des Etats-Unis (7%), du Brésil et de l’Argentine.

L’éthanol, produit par distillation de plantes sucrières (cannes à sucre, betteraves) et de plantes amylacées (blé, maïs…) est utilisé dans les moteurs à essence. Les Etats-Unis et le Brésil produisent 73% des 36 millions de tonnes d’éthanol. Au Brésil, l’éthanol répond à 40% des besoins en énergie pour le transport où trois quarts des nouvelles voitures peuvent rouler indifféremment à l’éthanol pur ou à l’essence.

EMHV plus éthanol couvrent 2,5% des besoins en énergie du transport.

L’électricité est utilisée pour les transports ferroviaires urbains (métro, tramway) et interurbains (train) et très peu pour les véhicules individuels (11.000 véhicules électriques en service en Europe dont 8000 en France), mais en plein développement avec les modèles hybrides.

Transports en hausse

En 2007, 2,2 milliards de passagers ont voyagé par les airs, en hausse de 6,6% par rapport à 2006, qui avait enregistré une hausse de 7,6% par rapport à 2005. La croissance du transport aérien est la plus forte dans les pays émergents, ainsi qu’en Afrique où elle a été de 9,9% en 2007.

Le transport des marchandises est, partout et par tout moyen, en augmentation (chiffres 2006). Par chemin de fer, celle-ci a été de 11% en Chine et 8% en Inde. En Europe, sur les dix dernières années, il a augmenté de 6%, tandis que par la route, cette hausse a été de 35%. Par tonne de marchandises sur une distance similaire, le transport routier consomme quinze fois plus d’énergie que le train.

La voie maritime a transporté 960 millions de tonnes, plus du tiers des marchandises transportées par bateau étant du pétrole brut et les produits pétroliers. 40 millions de tonnes ont été transportées par avion.

Parc automobile

Les États-Unis disposent de 40% du parc automobile mondial avec 240 millions de véhicules en circulation et 17 millions de voitures neuves vendues chaque année depuis 4 ans. Vient ensuite l’Europe avec 216 millions en 2004 et 12,45 millions de voitures neuves mises en circulation au cours des dix premiers mois de 2007. En Chine circuleraient 66 millions de véhicules et en 2007, la production a été de 8,8 millions (+22% sur 2006). L’automobiliste des Etats-Unis est le premier consommateur mondial de carburant: 1.637 litres d’essence en moyenne chaque année. La consommation moyenne pour un européen est de 427 litres, elle est de 50 litres pour un Asiatique et 31 litres pour un habitant de l’Afrique subsaharienne.

Efficacité énergétique

Selon le mode de transport choisi, un passager qui utilise habituellement les trains intercités consommera, pour le même trajet, 60% d’énergie supplémentaire s’il choisissait le bus, 3,8 fois plus avec une voiture de petite cylindré et 9 fois plus d’énergie s’il prenait l’avion.

Pour le transport de marchandises, le fret ferroviaire est de loin le plus performant. Il est 2,5 fois plus efficace en tonnes de marchandises transportées à quantité d’énergie équivalente que le fluvial, quatre fois plus efficace que le transport routier longues distances et 85 fois plus que l’avion.

Effet de serre

La combustion du pétrole produit 42% des émissions totales de CO2. Les pots d’échappement des voitures, des motos et des poids lourds y contribuent pour 40% environ. Entre 1990 et 2005, les émissions dues aux transports ont augmenté de 32,1% alors que celles dues aux autres secteurs d’activités diminuaient de 9,5%. Les plus fortes hausses proviennent des transports aériens et maritimes, avec respectivement 90% et 50% d’augmentation. En 2005, ils atteignaient 1,9% et 4,5% du total des émissions et 23% de celles due au transport. Dans l’Union européenne, la part de l’aviation était de 12% des émissions totales européennes. La contribution de l’ensemble des transports, consommant 31% de l’énergie, était de 33%, dont près de 84% sont imputables au transport routier.

Les émissions de CO2 du secteur fluvial sont de 1,8 à 3,8 plus faibles que celles du transport routier.

Une entreprise dont la part du transport aérien est inférieure à 1% de l’ensemble des moyens de transport utilisés a un bilan carbone par employé insignifiant. Il est de 1 tonne de CO2 lorsque cette part est de 24% et passe à 10 tCO2 par employé par an lorsque le transport aérien représente 76% des trajets.

Selon des travaux publiés fin 2007 par la revue Environmental Science and Technology, le secteur maritime serait responsable de 60.000 morts annuelles provenant de problèmes cardio-pulmonaires et de cancers du poumon. L’Europe, l’Asie de l’Est et l’Asie du Sud sont les principales régions touchées. En tenant compte des prévisions à la hausse du transport maritime, cette mortalité prématurée annuelle pourrait augmenter de 40% d’ici 2012.

Media Query: