Catastrophes naturelles : le pire reste à venir

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

La science de la prévision des catastrophes naturelles donne des résultats incertains. Néanmoins, l’avancée des connaissances dans les domaines de la géologie et de la météorologie, ainsi que la modélisation de la vulnérabilité des populations, permettent désormais aux spécialistes de quantifier les troubles que l’avenir nous réserve. Steve Sparks, volcanologue à l’Université de Bristol (Royaume-Uni), a étudié les analyses des tendances actuelles établies par la compagnie de réassurance allemande « Munich Re ». D’après lui, « il faut dorénavant s’attendre à subir de trois à cinq cataclysmes par an, dont chacun provoquerait la mort de 50 000 personnes dans le monde. »

Les mécanismes responsables de ces catastrophes ne sont pas nouveaux. Les facteurs élémentaires à la base des éruptions volcaniques, des séismes, des cyclones et des inondations sont bien connus, tout comme la répartition géographique des risques. Pourtant, trois mystères subsistent. Où et quand surviendra la prochaine catastrophe ? Quelles conséquences imprévisibles engendrera-t-elle ? Enfin, comment convaincre l’opinion et les pouvoirs publics de prendre au sérieux les menaces, avec les incertitudes qu’elles comportent ?

La prévention collective suit rarement le rythme des découvertes scientifiques. Après avoir organisé récemment une conférence sur les catastrophes naturelles à la Royal Society de Londres, Steve Sparks souligne que « le message de la science n’atteint ni les pouvoirs publics, ni les urbanistes, ni les populations. » Les météorologues américains avaient averti à plusieurs reprises que le pire scénario d’ouragan impliquait une tempête qui romprait les digues protectrices érigées autour de la Nouvelle-Orléans, située en dessous du niveau de la mer. C’est exactement ce qui s’est produit le 29 août lorsqu’a frappé Katrina, laissant 1 300 morts sur son passage. Aux États-Unis, ce fut la catastrophe naturelle la plus meurtrière depuis l’ouragan de Okeechobee, en 1928. […]

L’énormité même du tsunami de l’Océan indien constitue, de fait, un bon exemple de conséquences imprévisibles. Les séismes constituent un risque notoire dans la région, mais le tsunami qui s’est ensuivi et qui a touché une douzaine de pays accusait une ampleur parfaitement inattendue. Contrairement aux habitants d’Hawaï et du Japon – où les tsunamis sont des phénomènes relativement fréquents et où existent des projets de sensibilisation et des systèmes d’alerte avancée -, en Asie du Sud-Est, en Inde et en Afrique de l’Est, de nombreuses personnes ne soupçonnaient même pas l’existence de tels phénomènes. […]

Quirin SCHIERMEIER,

Nature vol. 438, 15 décember 2005, p.903-906.

Media Query: