Le retour à la terre des Kogis

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Le retour à la terre des Kogis

Miguel et son fils – Crédit photographique : Eric Julien

Les 12 000 Indiens Kogis de Colombie sont pauvres et sans terres. Grâce à Tchendukua, Miguel Dingula et les siens ont retrouvé une partie des terres dont ils ont été chassés.

Le peuple Kogi vit sur les contreforts de la Sierra Nevada, au nord de la Colombie. Ils ont été progressivement chassés de leurs terres et dépossédés de leurs objets sacrés. Pour échapper aux conflits, ils se sont réfugiés au sommet des montagnes, à plus de 4 000 mètres.

Chaman d’une soixantaine d’années, Miguel Dingula est le porte-parole des siens auprès de l’association Tchendukua. C’est lui qui demande l’acquisition de terres ou d’objets utilisés pour leurs rituels. Il met en avant le rôle de protecteur de l’environnement de sa communauté : « Nous n’abîmons rien, au contraire, nous protégeons ce que nous donne la nature. Nous avons de l’eau en quantité, claire et limpide, des arbres, des fruits… Chez vous, vous avez tout détruit. ».

En 2000, grâce aux fonds collectés par Tchendukua, une centaine d’Indiens Kogis sont devenus propriétaire de la « Terra de la Luna », un territoire de 400 hectares. Avant leur retour, ces terres déboisées servaient de pâturage, 7 ans après la forêt a repris ses droits. Pour les Kogis, l’avenir passe par le respect de la nature : ils pratiquent notamment des rites, indispensables à leurs yeux, pour régénérer l’écosystème. Ces Indiens ont gardé la mémoire des espèces d’arbres à planter et à replanter. La présence de tels ou tels insectes signifie pour eux que la nature va bien. « Si nous connaissons le passé nous pouvons bien vivre au présent et préparer le futur » témoigne Miguel, qui a voyagé jusqu’en Europe pour défendre la cause de son peuple. Les Kogis ont juste besoin d’acquérir, chose inconnue dans leur culture, la propriété de la terre. C’est ce que leur offre Tchendukua, car l’identité Kogi est indissociable de la terre.

Tchendukua Ici et Ailleurs

Temps de lecture : 2 minutes  

Tchendukua kogis terres

En 1997, Eric Julien a fondé l’association « Tchendukua Ici et Ailleurs » par reconnaissance envers le peuple Kogi qui lui a sauvé la vie une dizaine d’années auparavant. En Colombie, cette association achète des terres pour les restituer aux Indiens Kogis pour qu’ils puissent préserver la forêt et leurs traditions ancestrales.

Media Query: