COP21/#60 Solutions : Meatless monday ou le lundi sans viande

Publié le : Last updated:

meatless monday

Parc d’engraissement de bovins près de Young, République Orientale de l’Uruguay. Les pratiques d’élevage, très variées, peuvent réduire ou au contraire augmenter considérablement le coût carbone de la viande (32°42’S, 57°38’O). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo

Dans quelques mois se tiendra, à Paris, la COP21 dont l’objectif est de trouver un accord pour enrayer le changement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Découvrez une sélection de 60 solutions concrètes, sélectionnées par la fondation GoodPlanet, et déjà mises en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui : manger moins de viande, un geste individuel que chacun peut faire et que les collectivités aussi peuvent initier.

MANGER PLUS SAIN ET MOINS CHER

Dans certains cas, manger plus de viande c’est améliorer son régime alimentaire. Mais au-delà de certains seuils, c’est s’exposer à des risques sanitaires, comme l’obésité ou le cancer. C’est aussi émettre beaucoup de gaz à effet de serre : l’élevage représente 14 % des émissions de la planète, au travers de la déforestation pour créer les pâturages ou produire le soja destiné à nourrir les animaux, ou à cause des émissions de méthane de ces derniers.

Un kilogramme de bœuf équivaut ainsi à 18 kilogrammes de CO2 – autant qu’une voiture en émet sur 100 kilomètres. Dès lors, réduire la consommation de viande permet de protéger sa santé et le climat.

Diverses initiatives existent pour inviter les citoyens à opter pour des régimes diététiques plus sains et plus écologiques. C’est cette approche que préconise le mouvement « Meatless Monday », lundi sans viande. Lancé en 2003 aux Etats-Unis, il s’est étendu à de très nombreux pays.

Pour en savoir plus :

Meatless Mondays

Media Query: