La solution est dans l’assiette ! La grande distribution innove pour réduire l’impact de ses activités de transports

Publié le : Last updated:

Inauguration Franprix entre en Seine",  lundi 1er octobre 2012 à Paris © E. D.

Inauguration Franprix entre en Seine », lundi 1er octobre 2012 à Paris © E. D.

Saviez-vous que l’alimentation est responsable de 20 à 30% des émissions mondiales de gaz à effet de serre ? En effet, les produits alimentaires génèrent des émissions de CO2, de méthane ou encore de protoxyde d’azote pendant tout leur cycle de vie (agriculture, transports, utilisation, fin de vie, etc.). Pourtant, il existe aujourd’hui une myriade de solutions pour limiter l’impact de notre alimentation sur le climat. La Fondation GoodPlanet lancera une grande campagne autour de l’alimentation et du climat dans le cadre la COP21 : LA SOLUTION EST DANS L’ASSIETTE ! En attendant, nous vous faisons découvrir chaque semaine une solution concrète et une initiative exemplaire !

UN CHIFFRE CLÉ

Environ 28% des marchandises transportées sur notre territoire sont des produits agricoles ou alimentaires. Or,  le transport de biens et de personnes émet d’importantes quantités de gaz à effet de serre  dans l’atmosphère ; en effet, plus d’un quart des émissions françaises de GES résulte de ce seul secteur !

UN CONSTAT

Environ 86% des marchandises agricoles et alimentaires sont transportées par voie terrestre, 10% par rail et seulement 4% par voie fluviale. Or, le transport routier est en moyenne 9 fois plus émetteur que le transport ferroviaire et 3 fois plus que le transport fluvial. Il importe toutefois de préciser qu’au sein d’un même mode de transport, les émissions de gaz à effet de serre peuvent varier sensiblement en fonction de l’optimisation de la logistique.

Outre les émissions de GES, le transport de marchandises génère des émissions de particules fines, qui sont sources de pollution de l’air extérieur. Ces émissions sont d’ailleurs considérées comme « cancérigène certain » pour l’homme par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Enfin, le bruit constitue un autre impact nuisible des transports. En effet, d’après l’OMS, le bruit causé par la circulation est responsable de nombreuses invalidités mais aussi de morts prématurées (perturbations du sommeil, crises cardiaques, troubles de l’apprentissage, acouphènes, etc.)

UNE SOLUTION

Inciter les industriels de l’agroalimentaire à optimiser leur logistique et à privilégier les transports ferroviaires, maritimes ou fluviaux.

En effet, si chaque citoyen a la possibilité d’agir, tous les acteurs de la filière peuvent lutter à leur échelle contre le dérèglement climatique. Cette semaine, la Fondation GoodPlanet a donc choisi de mettre en avant l’initiative d’un distributeur : « Franprix entre en Seine ».

UNE INITIATIVE

Depuis 2012, Franprix innove en choisissant d’approvisionner 80 de ses magasins parisiens (situés dans les 1er, 2e, 4e, 7e, 8e, 15e et 16e arrondissements)  par un moyen de transport multimodal route/fleuve/route. Il s’agit d’un des premiers exemples de livraison en centre-ville de produits alimentaires par bateau en France.

Les denrées alimentaires sont acheminées sur 20 km par barge depuis la Marne jusqu’au port de de la Bourdonnais, situé dans le 7ème arrondissement de Paris, à deux pas de la Tour Eiffel. Pour les derniers kilomètres, la livraison est réalisée par des camions répondant aux normes les plus exigeantes en termes de respect de l’environnement et de nuisances sonores.

A terme, ce projet devrait permettre à Franprix de supprimer 450 000 kilomètres parcourus par voie terrestre chaque année – soit plus de 14 000 heures de présence de poids lourds sur le réseau francilien – et de réduire de  37% les émissions de dioxyde de carbone (qui est l’un des principaux GES responsable du dérèglement climatique) générées par l’approvisionnement de ces magasins.

Cette initiative s’inscrit donc dans l’objectif du Grenelle de l’Environnement de réduire de 20% d’ici 2020 les émissions de CO2 de l’ensemble des transports en France.

Les magasins participants sont identifiés grâce au logo « Votre magasin livré par la Seine », ce qui permet à la clientèle de contribuer à cette belle dynamique !

UNE ASTUCE

D’autres solutions permettent de réduire l’impact du transport de marchandises sur le climat. Depuis 2008, plus de 1 200 transporteurs se sont impliqués de manière volontaire à réduire leurs émissions de GES, via le projet « Objectif CO2 – Les transporteurs s’engagent » impulsé par le Ministère du développement durable. Ils ont ainsi permis d’éviter l’émission de près d’un million de tonnes de CO2 en sept ans.

Les actions mises en œuvre par les entreprises signataires sont nombreuses : adaptation de la flotte au contexte d’utilisation, amélioration de la maintenance, utilisation de carburants alternatifs, amélioration du suivi des consommations, promotion de l’éco-conduite ou encore optimisation des itinéraires et des chargements.

Plus d’informations : « Franprix entre en Seine »

Media Query: