#Néoplanète : La guerre tue aussi la planète

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

© Néo-Planète

© Néo-Planète

Lorsque l’on parle de la détérioration de l’environnement, le diesel et les pesticides se retrouvent souvent dans la discussion. Il y a cependant une cause peu souvent évoquée, mais tout aussi, voire plus, polluante : la guerre. C’est de ce constat que fait état le livre Guerre et Paix… et Ecologie de Ben Cramer, aux éditions Yves Michel.

« La militarisation du monde est la cause principale de la détérioration de nos environnements, sur terre, en mer et dans l’espace, » peut-on lire dans la préface d’Alain Joxe. Difficile à croire ? Peut-être pas tant que ça lorsque l’on considère les informations aussi intéressantes que surprenantes contenues dans livre :

  • Au moins 10% des émissions annuelles de carbone proviennent d’activités militaires.
  • En 2010, l’Union européenne a dépensé 194 milliards d’euros dans la défense, soit l’équivalent des déficits annuels de la Grèce, l’Espagne, et l’Italie.
  • 1% de la planète est occupé par des camps d’entraînement. Cela représente plus que la superficie totale de la France utilisée pour le maniement d’armes, même en temps de paix.
  • Pour 1 dollar investi dans l’écologie, 1000 le sont dans l’armement.
  • La dimension militaire ne rentre pas dans le protocole de Kyoto.
  • 12 milliards de balles sont produites chaque année dans le monde.
  • Les états qui vivent « au-dessus » de leurs moyens le font souvent à cause des dépenses militaires.

Le journaliste Ben Cramer, qui a co-animé en 2008 le premier débat au Parlement européen sur le thème de « Sécurité Collective et Environnement », fait donc état dans cet ouvrage d’une thématique aussi importante que méconnue, ou, plutôt, ignorée : celle de l’impact désastreux des guerres sur notre environnement. Sera-t-elle abordée en décembre prochain à Paris lors de la COP 21 ?

Source : Néoplanète

Media Query: