Hervé Le Bras : « il est illusoire d’imaginer des quotas de population »

Publié le : Last updated:

Hervé Le Bras, démographe © . AFP PHOTO JACQUES DEMARTHON

Lundi 13 novembre, 15000 scientifiques du monde entier ont alerté sur l’état de la planète et préconisé de réguler la démographie humaine. Le démographe Hervé Le Bras réagit en expliquant que la transition démographique a déjà eu lieu dans la plupart des pays et qu’un contrôle de la population peut difficilement s’imaginer.

Dans « L’alerte des scientifiques du monde à l’humanité : un deuxième avis« , 15 000 chercheurs tirent la sonnette d’alarme sur la démographie, est-ce justifié ?

Leur appel se montre pertinent sur les questions écologiques, mais moins sur la démographie. C’est une vielle sonnette d’alarme, trop générale. Bien sur tout le monde souhaite voir l’éducation progresser, réduire le gaspillage et fonctionner le planning familial. Sauf Donald Trump, il a coupé les fonds aux programmes de planning familial. Aujourd’hui, la plupart des grands pays ont achevé leur transition démographique, le Brésil et la Chine sont à 1,7 enfants par femme, l’Inde et l’Indonésie à 2,3. Les problèmes de démographie restent localisés à 2 régions. Une part de l’Afrique comprise entre le Sahel et l’Angola, où les femmes peuvent avoir plus de 6 enfants, et l’Afghanistan et le nord de l’Inde et le nord u Pakistan où la moyenne est à 3,5 enfants par femme. 6 enfants, avec une faible mortalité infantile, conduisent au triplement de la population en une génération. Dans ces zones, la fécondité ne diminue pas vraiment, c’est là qu’il faut intervenir. Ces régions concentreront les ¾ de la croissance démographique mondiale en 2050. Pourtant, des pays comme le Kenya sont parvenus en une génération à diviser par 2 leur fécondité.

Ne s’agit-il pas plutôt une question de richesses, d’inégalités et de modes de vie ?

Absolument, la démographie est certes une question de nombre, mais il faut voir comment le nombre se comporte. Un Nigérien a une empreinte sur la planète 20 à 30 fois moins importante qu’un occidental. Les 15 000 scientifiques ont raison d’alerter sur les problèmes écologiques, mais sur la démographie, ils en disent rien de plus que ce que disait Paul R. Ehrlich dans les années 1960. Aujourd’hui, la généralisation du mode de vie occidental avec le recours aux énergies, la voiture, les biens de consommation, ou encore la consommation de viande pose problème.  Selon la FAO, la consommation de viande en Chine a été multipliée par 20 en 3 décennies. Bref, la consommation induite par le développement pèse sur la biosphère. Les principaux coupables des excès de consommation et des émission e CO2 sont les pays développés. Ils sont rejoint par les classes moyennes des pays émergents.

Les scientifiques préconisent de « estimer une taille de population humaine scientifiquement défendable et durable à long terme tout en rassemblant les nations et les dirigeants pour soutenir cet objectif vital », que pensez-vous de cette proposition ?

Proprement ridicule, je les renvoie aux travaux du professeur Joel Cohen de la Rockefeller University qui a listé 70 estimations scientifiques de la population que la Terre peut supporter réalisées au cours des 4 derniers siècles. Elles remontent à la fin du XVIIe siècle. Elles s’échelonnent entre 1 milliard et 50 milliards avec à chaque fois des arguments scientifiques sérieux. Il y a y a 30 ans, l’écologiste Paul R. Ehrlich affirmait un milliard de personnes tandis qu’un responsable du département agronomie d’Harvard envisageait possible une population de 50 milliards d’êtres humains. Cela dépend de tellement de paramètres, à chaque niveau de consommation et mode de vie détermine un optimum mondial.

Est-ce réaliste de vouloir réguler la population ?

Déjà pour une chose simple comme les réfugiés en Europe, les pays ne parviennent pas à s’accorder sur le nombre de réfugiés à accueillir et les conditions. Dès lors, comment vouloir mettre en place des quotas de population ? Il est illusoire d’imaginer des quotas de population, il faudrait un contrôle total des frontières, de la natalité et la mortalité. Cela irait aussi à l’encontre des Droits de l’Homme comme celui de disposer de son corps, de fonder une famille ou même d’émigrer.

Enfin, de manière concrète, si une telle décision était prise, à quels obstacles ferait-elle face ?

Le populationnisme n’est pas la doctrine de tous les États, la population ne constitue pas forcément une marque de puissance contrairement à ce qu’on pourrait croire en France. Ensuite, une telle décision ferait face à des problèmes moraux, une partie de la population n’accepterait pas la contraception, les IVG. Lors d’une conférence au Caire, la question avait été abordée. Il apparaissait que la régulation de la natalité ne passait pas par des moyens techniques mais d’abord par un changement des mentalités. En effet, c’est plutôt les hommes qui veulent des enfants, pas les femmes. Les enquêtes en Afrique montrent que les femmes veulent moins d’enfants que leur partenaire, on a développé le concept de santé maternelle afin de prendre en compte la situation de la femme et pas simplement le désir du chef de famille. Cette notion a été acceptée par l’ensemble des États, ce qui a fait progresser les campagnes de planning familial en les axant sur la maitrise de la contraception et du choix du moment où donner la vie.

Propos recueillir par Julien Leprovost

Pour aller plus loin, à lire aussi sur le Magazine GoodPlanet.inof
Les limites de la population mondiale par Herrvé Le Bras
–  La Bombe Humaine par Anne et Paul Ehrlich

MISE A JOUR et correction  14 novembre 18H
Ajout de la mention « en Chine » à propos de la consommation de viande multipliée par 20 en 30 années
Remplacement de « pays en développement » par « pays émergents » dans la dernière phrase d ela seconde réponse.

 

 

 

Hervé Le Bras

Hervé Le Bras est l’un des plus grands spécialistes français des questions démographiques. Il est Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris) et Directeur de recherche à l’Institut national d’études démographiques (INED, Paris).

Media Query: