L’utilisation des insecticides « tueurs d’abeilles » en forte hausse

Publié le : Last updated:

abeilles

Ruche d’abeilles noires réalisé le 06 juillet 2010 sur l’île d’Ouessant dans le Finistère © AFP PHOTO FRED TANNEAU

Malgré le moratoire européen de 2013, l’utilisation des insecticides « tueurs d’abeille » est en forte augmentation. Le moratoire interdisait l’usage de trois molécules issues de la famille des néonicotinoïdes et impliquées dans le déclin des abeilles. Malgré cette interdiction, les tonnages de ce type d’insecticides sont passés de 387 tonnes en 2013 à 508 tonnes en 2014, soit une croissance de 31 %. Certaines molécules toxiques de la même famille n’ont en effet pas été soumises aux restrictions imposées par le moratoire, ce qui a provoqué cette hausse. C’est le cas de l’imidaclopride, une substance toxique dont l’usage a augmenté de 36 % en un an. Ces données ont été obtenues par l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF), qui a saisi la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) étant « sans réponse  du Ministère de l’Agriculture » pour « avoir accès à ces informations ». « Quand nous sommes reçus au Ministère de l’agriculture, on nous dit que les agriculteurs font de grands efforts et que les mortalités d’abeilles proviennent aussi de nos pratiques. Les chiffres montrent que c’est complètement faux. Quant à la transparence, elle n’est pas là, malgré les promesses », s’indigne Gilles Lanio, président de l’UNAF.

Media Query: