Un simple citoyen se dresse contre la pollution de l’air en Chine

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

contre la pollution de l'air en chine

Des Chinois passent devant une usine dans la province de Hebei en 2006 © AFP PHOTO / FILES / Peter PARKS

Pour la première fois en Chine, un citoyen attaque le gouvernement en justice pour ne pas être parvenu à diminuer la pollution de l’air. L’agence de presse Reuters relate la démarche de Li Guixin, un habitant de la capitale de la province de Hebei dans le nord du pays. Ce dernier a demandé à la cour de justice du district de sommer le bureau de protection de l’environnement de la ville de  Shijiazhuang de remplir son devoir en contrôlant le niveau de pollution de l’air. Le citoyen chinois s’appuie sur le fait que le bureau est censé exercer cette activité conformément à la loi chinoise.

Monsieur Li met en avant le fait que cette pollution lui a causé des torts financiers puisqu’il a dû investir dans des masques de protection et un purificateur d’air pour son domicile. Il argumente : « en plus des menaces sur la santé, la pollution de l’air nous coûte cher et ces frais doivent être pris en charge par le gouvernement. Le gouvernement et le département de l’environnement doivent couvrir ces frais car ils reçoivent l’argent des taxes versés par les entreprises. »

Depuis plusieurs années, la Chine fait face à une pollution endémique provoquée par les activités industrielles, les centrales thermiques au charbon et l’essor du transport motorisé. Le pays tente de réduire la pollution par diverses mesures en investissant des dizaines de millions de dollars. Ainsi, dans la province de Hebei, les nouveaux projets industriels sont interdit. Les aciéries et les cimenteries les plus anciennes, donc aussi les plus polluantes, doivent être fermées, d’après un plan gouvernemental annoncé en septembre 2013. La qualité de l’air préoccupe de nombreux Chinois qui subissent régulièrement les nuisances du smog. Ils ne parviennent  pas non plus à être bien informés sur le sujet, à tel point que l’ambassade américaine à Beijing diffuse au grand dam des autorités chinoise ses propres relevés de la pollution atmosphérique.

Media Query: