Les engrais menacent les écosystèmes des parcs nationaux

Publié le : Last updated:

L'entrée du Mount Rainier National Park  ©  AFP PHOTO / Andrew WINNER "

L’entrée du Mount Rainier National Park © AFP PHOTO / Andrew WINNER
« 

Seuls 10 % des engrais à base d’azote employés dans l’agriculture servent réellement à la croissance des cultures, le reste se disperse dans la nature. Une étude conduite par Harvard aux États-Unis montre que les parcs nationaux font face à une contamination accidentelle aux engrais azotés, rapporte le site Science Daily le 10 octobre. En effet, une partie de l ’azote finit dans l’air et se retrouve plus loin, ce qui affecte l’écologie d’écosystèmes. Au-delà d’un certain seuil d’azote par hectare, qui varie selon les milieux, ces derniers sont menacés par un trop-plein d’azote qui modifie leur équilibre. Les chercheurs alertent sur les répercussions que cela peut avoir sur les écosystèmes de 38 parcs nationaux aux États-Unis où la présence de l’azote dans le sol a augmenté.  Par exemple, cet afflux d’ammoniac atteint les 13,6 kg/ha alors que les arbres locaux peuvent supporter qu’un apport de 3 à 8 kg/ha par an dans le Great Smoky Mountains National Park. Dans le Mount Rainier National Park, ce sont les lichens qui souffrent de cet apport d’azote. « Les lichens ne semblent pas important pour quelqu’un qui se promène dans un parc national, pourtant tout l’écosystème dépend d’eux, ils sont intégrés », explique Raluca A. Ellis qui a conduit cette étude.  L’            azote provient de l’agriculture ou bien de rejets polluants des transports ou de centrales électriques. Un afflux d’azote perturbe le cycle de nutrition des sols, peut entrainer une croissance accélérée des plantes ou encore entrainer l’apparition de bloom d’algues, et à terme de dégrader le milieu.

Media Query: