La plus grande mine à ciel ouvert d’amiante fonctionne toujours en Russie

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

amiante russie

De l’amiante © AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU AFP Photo

La Russie extrait encore de l’amiante qu’elle exporte. Le New York Times du 13 juillet s’est rendu à Asbest, ville minière de 70 000 habitants, sur les versants orientaux de l’Oural. Le nom même de la ville fait référence à l’amiante. Là-bas se trouve la plus grande mine à ciel ouvert d’amiante. Cette dernière n’est pas encore interdite en Russie, qui dispose d’un million de tonnes de réserves dans son sous-sol. Cette substance toxique, employée notamment dans la construction ou comme isolant, est vendue à la Chine et à l’Inde ; le secteur rapporte 540 millions de dollars à la Russie chaque année. En Europe, l’amiante est interdite, aux USA son usage est limité. L’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu son caractère cancérigène. Ancien mineur, Valentin K. Zemskov, âgé de 82 ans, a développé une maladie respiratoire à cause de 40 ans de travaux à la mine : « il y avait tellement de poussières que vous ne voyiez rien autour de vous. Si nous n’avons pas la mine et l’usine, comment vivrions-nous ? Nous devons les garder ouvertes pour avoir du travail. » En Russie, selon une étude du gouvernement, près de 800 villes regroupant 25 millions de personnes dépendent d’une usine unique ou d’une mine qui ne peut pas fermer même si elle pollue.

Media Query: