Les poissons bientôt nourris avec des protéines de porc et de volaille

Publié le : Last updated:

alimentation animaux, farine animale, encéphalopathie spongiforme

FRANCE, Marseille: Une photo prise le 12 janvier 2012 montre des brèmes dans un réservoir au centre de pisciculture de Frioul près de Marseille. 60 tonnes de poisson sont élevées chaque année dans cette installation aquacole, avec 50 % de la production vendue aux supermarchés locaux, 25 % envoyés en Suisse, 20 % envoyés aux restaurants Parisiens et 5 % pour des restaurants locaux. PHOTO D’A.F.P. / BORIS HORVAT

Le 14 février, la Commission européenne a annoncé l’autorisation, à partir du 1er juin 2013, des farines animales dans l’alimentation des animaux d’élevages aquacoles, rapporte Les Echos. L’utilisation de ces farines animales était interdite pour tous les animaux de consommation depuis 2001, et depuis 1997 pour les ruminants.

L’utilisation de farines animales pour alimenter les animaux d’aquaculture a été approuvée en juillet 2012 par les experts des Etats membres, permettant à Bruxelles d’affirmer que « le risque de transmission d’ESB [encéphalopathie spongiforme bovine] entre animaux non-ruminants est négligeable pour autant qu’il n’y a pas de recyclage entre les espèces (cannibalisme) ».

L’Union européenne envisage également l’utilisation de ces protéines animales pour l’alimentation des porcs et des volailles. Il s’agira donc de nourrir les porcs avec de la farine issue de volailles et inversement, les volailles avec de la farine produite à partir de porcs. Toutefois, la réintroduction de farines animales dans l’alimentation des ruminants n’est pas prévue, rassure la Commission européenne qui précise que « l’UE est désormais dans la phase finale de l’éradication de l’ESB au sein de son cheptel bovin ».

Media Query: