Les poissons d’eau douce nord-américains s’éteignent 877 fois plus vite qu’auparavant

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

©SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Entre 53 et 86 espèces de poissons dulçaquicoles pourraient s’éteindre définitivement d’ici à 2050. Selon Noel M. Burkhead, de l’US Geological Survey, ce taux d’extinction est 877 fois plus élevé que son niveau moyen à l’échelle des temps géologiques. Cette même étude, reprise par Science Daily, estime qu’entre 1898 et 2010 ce ne sont pas moins de 57 espèces qui auraient disparues soit 3,2% des poissons d’eau douce nord-américains. Les eaux douces sont particulièrement touchées par les phénomènes d’extinction d’espèces. En effet, les rivières sont des milieux clos, souvent fortement anthropisés et donc particulièrement fragiles. Aménagement du rivage, perte d’habitat, pollution, introduction d’espèces exotiques sont autant de facteurs qui menacent la biodiversité des rivières. A l’inverse, en milieu marin, les stocks de poissons s’épuisent et se raréfient mais les extinctions d’espèces sont nettement plus rares. En effet, les larges aires de répartition des espèces océaniques protègent ces dernières de l’extinction totale.

Media Query: