Vers une interdiction des exportations de mercure pour 2013 ?

Publié le : Last updated:

traité mercure

FRANCE, Salsigne : Vue de la mine d’or de Salsigne dans l’Aude, avec au premier plan les eaux d’un étang qui seraient polluées au mercure, prise le 13 janvier 1999

Les représentants de 130 pays sont réunis sous l’égide du Programme pour l’Environnement des nations Unies (UNEP) depuis lundi à Chiba au Japon pour discuter d’un traité qui interdise les exportations de mercure. Les négociateurs espèrent, grâce à 5 autres rencontres prévues sur les 3 prochaines années, parvenir à un accord en 2013 pour encadrer le commerce du mercure et la vente de produits contenants cette substance toxique, rapporte le Japan Times Online du 25 janvier. Les documents préparatoires du traité prévoient que les importations de mercure soient soumises à une autorisation préalable du pays de destination. « Afin d’aller plus loin pour prévenir la pollution au mercure dans le monde, notre pays va travailler activement à la formulation du traité », a affirmé lors de l’ouverture de la conférence le vice ministre de l’environnement du Japon Shoichi Kondo. Même si dans les années 1950, l’intoxication d’habitants de la préfecture de Minamata (qui a donné son nom à la maladie de Minamata : une dégénérescence du système nerveux causé par le mercure) a marqué l’opinion publique nipponne et mondiale sur les effets toxiques du mercure sur a santé, le Japon continue encore à produite et à exporter cette substance.

Media Query: