La démolition du plus gros bidonville africain s’amorce

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

kenya nairobi kibera bidonville slum

KENYA, Nairobi: Des résidents du bidonville de Kibera, à Nairobi, s’éloignent d’une école locale le 15 janvier 2008 après avoir reçu leurs rations d’aliments de base personnelles. Des partenaires kenyans ont distribué une assistance alimentaire venue des programme alimentaire mondial des Nations unies et du gouvernement du Kenya, pour près de 77 000 personnes, dans les bidonvilles de Nairobi, frappés par la violence post-élection. Copyright AFP Photo / Simon MAINA

Le gouvernement kenyan a commencé à évacuer les habitants du plus gros bidonville d’Afrique subsaharienne, peut-on lire sur le site de la BBC, le 16 septembre 2009. Un million de personnes vivant dans les taudis de Kibera, à Nairobi, seront replacées dans des logements locatifs au prix de 10 dollars par mois. Mais plusieurs habitants s’opposent à la destruction de masures dont ils estiment être les propriétaires. « C’est une question de justice nationale. Nous avons vécu à Kibera bien avant que Nairobi devienne Nairobi, bien avant que le Kenya devienne le Kenya », déclare Ibrahim Diabi, qui appartient à l’ethnie nubienne. Celle-ci vit sur les terres kenyannes depuis plus d’un siècle, d’après le reportage de la BBC. La justice kenyanne devra examiner les plaintes de plus de 80 personnes avant de poursuivre la destruction du bidonville.

Media Query: