Des gardes forestiers défendent les Virunga contre les milices

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

garde republique democratique congo parc national virunga

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, Virunga: Des gardes du parc national des Virunga, en République démocratique du Congo, près des frontières avec le Rwanda et l’Ouganda, patrouillent le 24 avril 2004 dans la zone de Jomba, une station écotouristique pour observer les gorilles. La déforestation galopante dans les région des Grands Lacs, en Afrique, menace la survie de centaines de gorilles de montagne, a alerté le WWF le 4 juillet 2004. Copyright AFP Photo / Riccardo GANGALE

Des gardes forestiers du parc des Virunga ont détruit fin juillet plusieurs centaines de fours à charbon de bois illégaux, peut-on lire dans The Independent du 6 août 2009. L’opération, soutenue par les troupes des Nations unies, vise à lutter contre la destruction de la forêt, qui alimente un commerce de charbon enrichissant les milices armées de la région et estimé à 30 millions de dollars. Les groupes armés profitent en effet de la demande d’un million de personnes pauvres, déplacées autour du parc lors de la guerre civile, qui ont besoin de combustible pour la cuisine et le chauffage. « Ce n’est pas notre métier de combattre les rebelles, c’est celui de l’armée », explique Emmanuel de Merode, directeur du parc, « notre métier est de protéger le parc. Mais les rebelles s’y trouvent et le détruisent ». La bataille pour la forêt avait conduit les milices à tuer sept gorilles de montagne durant l’été 2007, alors que le parc des Virunga ne compte que 200 individus de cette espèce menacée d’extinction. En dix ans, plus de 150 gardes forestiers des cinq parcs de l’est du pays, la République démocratique du Congo, ont été tués.

Media Query: