Des forêts pour les agrocarburants de seconde génération

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Palmiers à huile destinés à être plantés sur l’île de Pâques Santigao – Chili © AFP PHOTO/CRIS BOURONCLE

Pour appliquer une loi d’avril 2008 qui prévoit que 5 % de l’électricité du pays provienne des énergies renouvelables, le Chili a créé en octobre 2008 deux consortiums chargés de développer les agrocarburants de seconde génération à partir de la biomasse. Le Chili possède 15,9 millions d’hectares de forêts et voudrait les mettre à profit pour produire des carburants lignocellulosiques, c’est-à-dire à base de fibres de bois. Ces projets soulèvent des interrogations de la part des associations écologistes, rapportent Tierramérica et IPS (Inter Press Service New Agency) du 9 février. Les agrocarburants proviendraient des déchets organiques des fermes et des plantations ainsi que de micro-algues. Cependant, la mise en culture de plantes à croissance rapide risque d’épuiser les sols et de nuire à la biodiversité à cause de la monoculture. « Dans le respect des forêts primaires, il est très important que la législation permette uniquement d’utiliser des fibres de bois provenant des coupes effectués dans le cadre d’opérations de gestion forestière », avertit Guilherme Schuetz, le responsable du département agrocaburant pour la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) dans la région.

Media Query: