À la recherche de la saveur perdue

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

slowfood petit épeautre redecouverte

Etienne Mabille dans son champs © Syndicat Interdépartemental des Producteurs de Petit Epeautre de Haute-Provence

En Haute Provence, la culture du petit épeautre a failli disparaître avec la standardisation des productions. Avec le soutien de Slow Food, des cultivateurs ont pu continuer la culture de cette céréale et la commercialiser.

Aimé Faucou vit à Vachères dans les Alpes de Haute Provence, son grand-père cultivait déjà le petit épeautre pour sa consommation personnelle, tandis qu’Etienne Mabille le cultive aussi dans la Drôme. Tous deux sont agriculteurs biologiques et attachés au petit épeautre. Cette céréale est adaptée aux climats chauds et secs ainsi qu’aux sols pierreux. Dès l’époque romaine, le blé cultivé en plaine a supplanté le petit épeautre, néanmoins sa culture a subsisté dans les régions d’altitude dont la Haute Provence.

En 1997, avec d’autres producteurs, les deux cultivateurs s’associent pour fonder le Syndicat du petit épeautre de Haute Provence afin de promouvoir cette céréale. En effet, ils ont du mal à la vendre, la culture a presque disparu dans la région, il est confondu avec le grand épeautre, et même les consommateurs locaux connaissent mal, voire pas du tout, le produit. 8 ans plus tard, le petit épeautre entre dans « l’arche du goût Slow Food», qui reconnaît le savoir faire des paysans et la qualité gustative du petit épeautre. Aimé Faucou et Etienne Mabille qui passaient la majeure partie de leur temps aux champs avaient peu de temps pour prendre en charge la communication de leur produit. Slow Food a donc assuré la promotion du petit épeautre, en le présentant à des journées découverte et dégustation.

L’action de Slow Food a permis d’élargir la diffusion du petit épeautre au niveau national et d’en augmenter les ventes. Les paysans satisfaits de l’expérience déclarent : « Avec Slow Food, le petit épeautre de Haute Provence et d’autres produits oubliés de la biodiversité agricole ont repris des couleurs ».

Slow Food

Temps de lecture : 2 minutes  

slow food

Fondé, en Italie, en 1986, Slow Food défend la variété des produits et des goûts face à la standardisation imposée par l’industrie agroalimentaire. Avec 80 000 adhérents dans une centaine de pays, l’association Slow Food recense des produits, soutient des producteurs locaux, sensibilise au goût et aux plaisirs du bien manger.

Media Query: