Amnesty International considère les batteries des véhicules électriques comme étant à forte intensité de carbone

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Amnesty International a attaqué jeudi l’industrie des véhicules électriques (VE) pour s’être vendue comme étant respectueuse de l’environnement tout en produisant nombre de ses batteries en utilisant des combustibles fossiles polluants et des minéraux d’origine non éthique.

La fabrication de batteries peut être intensive en carbone, alors que l’extraction des minéraux utilisés dans leur fabrication a été liée à des violations des droits de l’homme comme le travail des enfants, a déclaré le groupe de défense des droits.

« Les véhicules électriques sont essentiels pour détourner l’industrie automobile des carburants fossiles, mais ils ne sont actuellement pas aussi éthiques que certains détaillants voudraient nous le faire croire », ont-ils déclaré, annonçant l’initiative lors du sommet nordique sur les véhicules électriques à Oslo.

La production de batteries lithium-ion pour les VE consomme beaucoup d’énergie, et les usines sont concentrées en Chine, en Corée du Sud et au Japon, où la production d’électricité est largement tributaire du charbon ou d’autres combustibles fossiles, a indiqué Amnesty.

Les constructeurs automobiles mondiaux investissent des milliards de dollars pour accroître la production de véhicules électriques. Le géant allemand Volkswagen prévoit d’augmenter la production annuelle de voitures électriques à 3 millions d’ici 2025, contre 40 000 en 2018.

Amnesty International a demandé à l’industrie des VE de mettre au point une batterie éthique et propre dans un délai de cinq ans et, dans l’intervalle, de divulguer les empreintes carbone et d’identifier les chaînes d’approvisionnement des principaux minéraux.

Le mois dernier, une lettre vue par Reuters a montré que 14 organisations non gouvernementales, dont Amnesty et Global Witness, s’étaient opposées au projet du London Metal Exchange d’interdire le cobalt contaminé par des violations des droits humains.

Au lieu d’interdire les marques de cobalt, la London Metal Exchange devrait travailler avec les entreprises qui les produisent pour assurer un approvisionnement responsable.

Media Query: